Reims: il massacre sa mère adoptive à la serpe car elle avait "manqué à sa parole"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Reims: il massacre sa mère adoptive à la serpe car elle avait "manqué à sa parole"

Publié le 10/01/2017 à 15:26 - Mise à jour à 15:30
©Victor/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 42 ans a été mis en examen à Reims ce mardi car il est accusé d'avoir assassiné de façon particulièrement violente sa mère adoptive dimanche.

L'agression a été d'une rare violence et selon les premiers éléments de l'enquête, le mobile de l'homicide est particulièrement futile. Un homme de 42 ans, au profil psychologique instable, a été mis en examen pour "assassinat" après le meurtre de sa mère adoptive dimanche 8, a annoncé ce mardi 10 le parquet de Reims. 

Le suspect placé en garde à vue, qui n’est autre que le fils adoptif de la victime, a reconnu "spontanément avoir tué sa mère" a expliqué Matthieu Bourrette, procureur de Reims lors d'une conférence de presse, précisant que le crime était "épouvantable". Selon les premiers éléments de l'enquête et les révélations du suspect, prénommé Farid, lors de sa garde à vue, Maria Salomon, la victime, devait lui téléphoner le 6 janvier dernier. Elle ne l'a pas fait et cela a provoqué chez lui une colère froide. Il en a fait une fixation et a décidé de la tuer. 

Dimanche, Farid s'est donc rendu chez Maria Salomon et le ton est rapidement monté. Le suspect a alors poussé sa victime qui a chuté avant de s'acharner sur elle avec une serpe. La victime a en effet souffert d'une importante fracture au crâne, avait plusieurs plaies aux bras, au thorax, aux épaules, aux genoux et sur le flanc droit.

Selon France 3 Champagne-Ardenne, des restes humains et du sang ont été retrouvés dans plusieurs pièces de la maison. L’autopsie (en cours ce mardi), devra vérifier si la victime a aussi reçu des sévices sexuels.

Ensuite il a nettoyé la maison, s'est restauré, a regardé la télévision avant de visiblement prendre conscience de son acte. C'est d'ailleurs pour ne pas se faire "disputer pour ce qu'il avait fait" qu'il est parti. Le corps a été découvert par un voisin.

Une information judiciaire a été ouverte pour "assassinat". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La scène de crime était particulièrement épouvantable a confié Matthieu Bourrette, le procureur de la République de Reims ce mardi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-