Reims: un "camp d'été décolonial" accusé de racisme anti-blancs

Reims: un "camp d'été décolonial" accusé de racisme anti-blancs

Publié le 25/08/2016 à 17:22 - Mise à jour à 17:31
©Camp d'été décolonial/Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'organisation d'un "camp d'été décolonial" à Reims par un groupe antiraciste et anticapitaliste fait polémique puisque celui-ci est réservé aux jeunes "concernés par le racisme d'Etat". Un intitulé jugé lui-même raciste envers les "blancs", notamment par la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

Après celle du Burkini, c'est la nouvelle polémique estivale: la tenue à Reims à parti de ce jeudi 25 d'un "camp d'été décolonial", lequel, comme il est indiqué sur le site de l'évènement, est destiné aux jeunes "concernés par le racisme d'Etat", et "s’inscrit dans la tradition des luttes d’émancipations décoloniales anti-capitalistes et d’éducation populaire".

Des termes qui ont vite été traduits par une simple interdiction de l'accès aux "blancs". Les organisatrices de l'évènement n'ont cependant a aucun moment utilisé ces mots, "pour la simple et bonne raison que ça ne veut pas dire grand chose. (...) Ainsi, on peut être arabe, avoir +la peau blanche+ et être impactée par le racisme d’État, de même qu’une blanche convertie à l’islam et ayant fait le choix de porter le voile sera renvoyée à une assignation raciale", expliquent-elle dans un "dialogue fictif avec elles-mêmes" qu'elles ont mis en ligne.  Il n'en reste pas moins que ce qu'elles appellent la "non-mixité politique de l'évènement", a été maintenue et même assumée "à 3000%".

Un choix qui a été jusqu'à interpeller la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) . Pour son président Alain Jakubowicz, ce camp "est une injure faite au combat antiraciste et à la République et ceux qui en ont pris l’initiative sont des imposteurs". Il va même jusqu'à comparer les organisatrices à ceux-là même qu'elles disent combattre: "Prétendre qu’il faut avoir été victime d’une discrimination pour la combattre est une aberration qui, sous couvert d’antiracisme, établit une ségrégation qui n’a rien à envier aux assemblées du Ku Klux Klan ou aux pires pavillons des expositions coloniales. Séparer les Noirs des Blancs pour lutter contre le racisme est la négation même du combat pour l’égalité". 

Le maire de Reims Arnaud Robinet a rappelé à France Bleu qu'il n'a "jamais cautionné l'organisation d'un tel événement dans (sa) ville". Mais dans la mesure où celui-ci a lieu dans un lieu privé (Le centre d'hébergement de la jeunesse), il explique ne pas avoir l'autorité pour s'y opposer. Il dit en revanche avoir informé la préfecture à plusieurs reprises: "je m'attendais à une autre décision de l'Etat", précise-t-il.

La controverse dénoncée par les organisatrices aura en tout cas mis en lumière cet évènement qui ne doit accueillir que 180 participants jusqu'au dimanche 28.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour le président de la Licra, cet événement "est une injure faite au combat antiraciste et à la République".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-