Rendez-vous en préfecture de Seine-Saint-Denis: les places se payent au noir

Rendez-vous en préfecture de Seine-Saint-Denis: les places se payent au noir

Publié le 17/06/2019 à 09:23 - Mise à jour à 09:29
© ALAIN JOCARD / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Franceinfo révèle ce lundi 17 que de nombreux rendez-vous en préfecture, notamment en Seine-Saint-Denis, seraient pris par des individus peu scrupuleux qui profite des délais d'attente interminables pour revendre ces créneaux.

C'est un marché parallèle qui témoigne de la difficulté d'obtenir un rendez-vous en préfecture de Seine-Saint-Denis, notamment pour l'obtention ou le renouvellement de titres de séjour. Franceinfo révèle ce lundi 17 que ces créneaux sont devenus si rares qu'ils font l'objet d'un véritable marché noir.

Un rendez-vous en préfecture est bien sûr gratuit, mais face au développement de ce "marché", les autorités ont été obligées de le rappeler sur le site dédié. Via des pages Facebook d'aspect officiel et des virements Paypal, certains ont donc fait de la réservation un vrai business, cédant les places pour quelques dizaines d'euros, parfois plus de 100.

Voir: Expulsion vers l'Erythrée - le signe d'une "politique inquiétante" (La Cimade)

"Moi s'il me donne l'argent, je prends rendez-vous, c'est tout. C'est 10 euros. Là par exemple, si quelqu'un m'a payé, dans 15 minutes je vais aller faire un petit saut", a ainsi témoigné un revendeur auprès de la radio.

Et la demande est bien présente puisqu'il faut souvent compter plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous, ce qui fait craindre à certains, notamment aux personnes devant faire renouveler un titre de séjour, que leurs papiers arrivent à échéance. Les vendeurs passeraient beaucoup de temps en ligne à guetter la moindre place. Selon la préfecture et le ministère de l'Intérieur, certains auraient également recours à des "bots", des logiciels qui réservent automatiquement les places.

Les revendeurs profiteraient ainsi de la pénurie, tout en l'entretenant. Des contre-attaques informatiques sont déployées et plusieurs plaintes ont été déposées.

Lire aussi:

"400.000 clandestins" en Seine-Saint-Denis selon Jordan Bardella, vraiment? (vidéo)

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les délais pour obtenir un rendez-vous en préfecture ont abouti à un marché noir (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-