Rennes: descendu de sa grue, le père de famille en garde à vue

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Rennes: descendu de sa grue, le père de famille en garde à vue

Publié le 30/11/2015 à 13:59 - Mise à jour à 14:14
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le père de famille qui était monté en haut d'une grue jeudi dernier à Rennes pour contester une décision de justice en est descendu ce lundi matin. Il a été placé en garde à vue.

Il aura passé quatre jours perché sur sa grue. Le père de famille qui était monté en haut d'une grue jeudi 26 au matin à Rennes (Ille-et-Villaine) afin de réclamer la garde alternée de sa fille est descendu ce lundi matin vers 10h00. Il a aussitôt été arrêté par des policiers et conduit au commissariat. Sur place, un médecin l'ausculté pour s'assurer que son état de santé était compatible avec la garde à vue dont il fait désormais l'objet.  

Couvreur photovoltaïque de métier, ce Lorientais de 50 ans avait grimpé jeudi sur la plateforme de cette grue de 45 mètres de haut placée sur le chantier des Galeries-Lafayette, en plein coeur de Rennes. Equipé d'un harnais et d'assez de vivres pour y rester pendant plusieurs jours, il avait déployé une banderole avec l'inscription "Papa". Protestant contre une décision de justice restreignant la garde de sa fille à quelques heures par mois dans un lieu neutre, l'homme avait menacé de sauter s'il n'obtenait pas la garde alternée.

Trois pompiers du Grimp (groupe d'intervention en milieu périlleux) étaient alors monté en haut de la grue pour l'empêcher de commettre l'irréparable, en lien avec un négociateur du Raid. L'homme avait toutefois refusé tout contact, selon le commissariat.

En partie bloqué depuis son coup d'éclat, le chantier des Galeries Lafayette devrait désormais pouvoir reprendre.

En 2014, un père de famille s'était perché sur une grue à Nantes pour les mêmes raisons. Par la suite, plusieurs personnes avaient utilisé la même méthode pour se faire entendre. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trois pompiers étaient monté en haut de la grue pour l'empêcher de commettre l'irréparable. (Photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-