Rennes: le cheminot auteur de la fausse alerte à la bombe est aussi maire

Rennes: le cheminot auteur de la fausse alerte à la bombe est aussi maire

Publié le 03/04/2019 à 08:00 - Mise à jour à 08:01
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'employé de la SNCF, qui a déclenché dimanche 31 mars une fausse alerte à la bombe à Rennes, près de la gare, paralysant ainsi le trafic des trains plusieurs heures, est aussi le maire d'une petite commune bretonne. Il sera jugé à l'automne pour ce qu'il a fait.

Une fausse alerte à la bombe a créé la panique dimanche matin à Rennes. Un homme a appelé pour dire qu'il avait placé un engin explosif sous le pont Saint-Hélier, qui se trouve à une centaine de mètres de la gare SNCF. Un dispositif de sécurité et d'intervention a rapidement été mis en place et le trafic ferroviaire a été interrompu. Mais il n'y avait pas de bombe.

L'alerte avait été lancée par un cheminot qui, en état d'ivresse qui plus est, ne voulait pas rater son train.

Résultat, les trains ont été bloqués une partie de la matinée et certains accusaient jusqu'à deux heures de retard après la reprise du trafic. Plus de 300 passagers ont été impactés par cet incident.

Lire aussi: ivre, un cheminot lance une alerte à la bombe pour ne pas rater son train

L'auteur des faits a été rapidement identifié et interpellé par les forces de l'ordre.

Il a été remis en liberté à l'issue de la garde à vue et sera jugé en octobre prochain pour ce qu'il a fait. Il risque jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Selon une information révélée par Ouest-France, cet homme, qui s'appelle Erwan H. et est âgé de 46 ans, n'est pas un simple employé de la SNCF. Il a une autre fonction en parallèle, celle de maire d'une petite commune bretonne: la Chapelle-aux-Filtzméens en Ille-et-Vilaine, où vivent plus de 800 habitants.

Son geste pourrait aussi avoir des conséquences sur son mandat.

Et aussi:

Nice: un enfant fait évacuer deux avions avec une fausse alerte à la bombe

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'employé de la SNCF, qui a lancé dimanche une fausse alerte à la bombe à Rennes, est aussi maire d'une petite commune bretonne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-