Rennes: après 9 ans passés avec deux compresses dans le ventre, elle peine à obtenir des réponses de l'hôpital

Rennes: après 9 ans passés avec deux compresses dans le ventre, elle peine à obtenir des réponses de l'hôpital

Publié le 19/09/2017 à 11:54 - Mise à jour à 12:09
©Jean-Sébastien Evrard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Venue au CHU de Rennes pour une opération de l'aorte en 2008, une septuagénaire est repartie avec deux compresses dans le ventre, dont elle n'a découvert l'existence qu'en juin dernier. Si elle et son mari jugent que "l'erreur est humaine", ils reprochent en revanche sa lenteur et son silence à l'administration médicale dans le suivi juridique de leur dossier.

Danièle, 79 ans, a découvert en juin dernier qu'elle vivait depuis neuf ans avec deux compresses dans l'abdomen, oubliées lors d'une opération au CHU de Rennes. Elles lui ont depuis été retirées lors d'une nouvelle opération. La septuagénaire et son mari se montrent extrêmement compréhensifs envers l'équipe médicale, en revanche, ils dénoncent ce mardi dans Ouest-France le silence et l'absence de coopération de l'administration.

Danièle avait été opérée en 2008 pour un rétrécissement de l'aorte. Une opération qui a nécessité d'importantes transfusions de sang et donc l'utilisation d'une soixantaine de compresses. Comme le veut la procédure, celles-ci ont été comptées avant que les médecins ne referment, mais une erreur est à l'évidence survenue à ce moment.

Car en juin dernier après son malaise, la femme est allée consulter son médecin. Son taux de globules blancs signalait une infection. Elle a été hospitalisée et une sonde -qu'elle devrait au moins garder jusqu'au mois de novembre- lui a été posée, et les compresses enfin enlevées en juillet après neuf ans.

"On n'en veut pas aux chirurgiens qui ont fait leur travail de manière excellente et la qualité des soins est à signaler, tous les gens sont gentils. (...) Toute erreur est humaine", a déclaré -indulgent- son mari Michel.

En revanche, il dénonce "la difficulté qu'on a à récupérer le dossier de cette opération dont on a besoin pour un suivi juridique. (...) C'est un peu décevant de ne pas être averti, sans aucun mot d'excuse", regrette-t-il évoquant "la lenteur et la lourdeur administrative".

En juin dernier, c'était le cas d'un jeune homme ayant vécu avec un tuyau dans le corps pendant sept ans qui avait défrayé la chronique.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On n'en veut pas aux chirurgiens qui ont fait leur travail de manière excellente", juge le couple.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-