Rennes: un procès pour proxénétisme s'ouvre ce lundi, 23 prévenus jugés

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Rennes: un procès pour proxénétisme s'ouvre ce lundi, 23 prévenus jugés

Publié le 18/06/2018 à 16:00 - Mise à jour à 16:12
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un important procès pour proxénétisme aggravé, traite humaine et association de malfaiteurs s'ouvre ce lundi au tribunal correctionnel de Rennes. En tout 23 personnes sont jugées pour des faits commis à Poitiers entre 2013 et 2017.

Un large procès pour proxénétisme aggravé, traite humaine et association de malfaiteurs s'est ouvert ce lundi 18 au tribunal correctionnel de Rennes. Les faits se sont déroulés entre 2013 et 2017.

Une filière nigériane très organisée est accusée d'avoir fait venir des jeunes femmes et adolescentes d'Afrique de l'ouest en France pour les forcer à se prostituer à Poitiers. Au total, 23 personnes sont jugées lors de ce procès qui devrait durer deux semaines.

Les individus jugés auraient fait venir des jeunes innocentes jusqu'en France avec l'aide d'intermédiaires en leur promettant un travail comme employées de maison. Arrivées sur le territoire grâce à des faux papiers, elles apprenaient ensuite qu'elles devraient se prostituer pour rembourser le coût de leur voyage: entre 20.000 et 60.000 euros.

A voir aussi: La justice alerte sur l'augmentation de la prostitution dans les cités

"Pour rembourser, pas le choix, il faut faire ce qu'on dit, notamment faire le trottoir", a expliqué l'avocat de l'une des victimes à France Bleu Poitou.

En tout, trois anciennes prostituées se sont portées parties civiles lors du procès. A la barre, elle verront défiler les individus soupçonnés d'être proxénètes, "mères maquerelles" ou "mamas" (les femmes, anciennes prostituées, chargées de surveiller les adolescentes), ou encore leurs logeurs.

L'un d'entre eux a d'ailleurs reconnu les faits à l'issue d'une garde à vue où les policiers lui avaient apporté des preuves qu'il avait demandé des faveurs sexuelles aux jeunes filles en échange d'un toit.

L'une des victimes a témoigné au micro de la radio locale. La jeune femme a dit être arrivée en France à 17 ans et forcée de se prostituer avec des "clients qui saignent ou qui ont des maladies". Elle a aussi assuré avoir été menacée, ce qui l'aurait dissuadée de contacter le police de peur des représailles: "Si je n'obéis pas, je vais mourir, ils vont embêter ma famille au Nigéria, surtout ma fille", a expliqué celle qui était venue en France dans l'espoir d'aider financièrement sa mère malade.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un procès pour proxénétisme aggravé s'est ouvert ce lundi à Rennes.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-