La Réunion: un curé accusé de viol sur mineur en garde à vue depuis mercredi

La Réunion: un curé accusé de viol sur mineur en garde à vue depuis mercredi

Publié le 23/02/2017 à 15:55 - Mise à jour à 16:08
© FRANK PERRY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Soupçonné de viols et d’agressions sexuelles sur mineur, un curé réunionnais a été placé en garde à vue mercredi. Cette dernière a été prolongée par le procureur de la République de Saint-Denis ce jeudi. Les faits se seraient déroulés entre 2013 et 2015.

Le père Fabrice Ibrahim, curé de la paroisse de la Plaine des Palmistes, un village de l'est de l'île de La Réunion, était en garde à vue ce jeudi 23 à la suite d'accusations de viols et agressions sexuelles sur un mineur, a appris l'AFP de source judiciaire.

Le curé de 42 ans, dans cette paroisse depuis septembre 2010, a été interpellé mercredi 22 en milieu de journée et a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Saint-Benoît, la principale ville de l'est de La Réunion. Le prêtre est arrivé ce jeudi matin au tribunal de Champ Fleuri où sa garde à vue a été prolongée par le procureur de la République de Saint-Denis, rapporte Europe 1.

Les soupçons de viols et d’agressions sexuelles qui pèsent sur le prêtre Fabrice Ibrahim se sont produits entre 2013 et 2015. D'après Linfo.re, la présumée victime était âgée de 14 ans au commencement de cette affaire. Le jeune homme a aujourd’hui 18 ans. Il s'est confié à des proches il y a peu de temps. Ses parents ont alors décidé de porter plainte. L'évêque de La Réunion, Monseigneur Gilbert Aubry a signifié au prêtre l'interdiction d'officier. Devant la presse, il a souligné qu'il appliquait "une tolérance zéro" pour les actes de pédophilie "de la part de n'importe qui et surtout d'un curé". Par ailleurs, la mère du garçon a elle aussi confié avoir été victime d’attouchements sexuels par le prêtre en question. De son côté, le père Ibrahim a reconnu une partie des faits, tout en parlant de relations sexuelles consenties.

L'évêque qui soutient le garçon et sa famille, a incité ce dernier à s'exprimer: "J'ai demandé (à la victime présumée) de ne pas avoir honte, de parler, de dire tout". Le dossier du père Fabrice Ibrahim a été transmis à Rome.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La présumée victime est un jeune homme qui avait 14 ans au commencement de l'affaire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-