Réveillon et risque terroriste: 100.000 policiers, gendarmes et militaires mobilisés le 31 décembre

Réveillon et risque terroriste: 100.000 policiers, gendarmes et militaires mobilisés le 31 décembre

Publié le 30/12/2016 à 14:49 - Mise à jour à 14:50
©Romuald Meigneux/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le réveillon du Nouvel An marque un défi de grande ampleur pour les forces de sécurité confrontées à une menace terroriste importante. Près de 100.000 hommes seront ainsi déployés ainsi que de nouveaux systèmes de sécurité afin que la fête puisse avoir lieu, après une édition 2015 allégée suite aux attentats du 13 novembre.

Près de 100.000 policiers, gendarmes et militaires seront mobilisés pour la soirée et la nuit du 31 décembre et de nouveaux dispositifs de protection comme des blocs de béton seront mis en place en réaction aux attentats de Nice et Berlin.

"La fête de la Saint-Sylvestre a toujours été un moment de forte mobilisation avec les conduites en état d'ivresse, les bagarres, les feux d'artifice ou encore les voitures brûlées. Maintenant, on prend aussi en compte les nouvelles menaces terroristes", explique une source policière.

Durant le week-end, 36.000 gendarmes et 52.600 policiers, dont 4.000 CRS, seront mobilisés en France, auxquels s'ajouteront ceux de la préfecture de police de Paris et les 7.000 soldats de l'opération Sentinelle. A Noël, 91.000 policiers et gendarmes étaient sur le pont.

Un mois et demi après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis (130 morts), le réveillon 2015 avait été minimal dans la capitale, avec le feu d'artifice annulé. Celui de 2016 s'annonce plus festif. Pour un spectacle son et lumière sur les Champs-Elysées, 600.000 personnes sont attendues.

"Deux mille agents de contrôle et de sécurité et une équipe de secouristes et personnels médicaux de près de 400 personnes" seront déployés, précise la mairie de Paris sur son site internet. La zone dont l'accès sera fermé à la circulation dans la soirée sera également entourée de 3 km de barrières de protection.

"Des blocs de béton et des barrières seront installées sur les gros rassemblements", indique-t-on à la Direction générale de la police nationale (DGPN). "Cet évènement se prépare comme chaque année depuis plusieurs semaines avec les préfets, la police et les municipalités puisque les policiers municipaux sont aussi mobilisés".

De nouvelles mesures prises en réaction à l'attentat djihadiste du 19 décembre à Berlin, où 12 personnes ont été tuées sur un marché de Noël par un camion-bélier lancé sur la foule. Un mode opératoire similaire à celui de l'attentat de Nice le soir du 14 juillet (86 morts).

A Nice, 150 policiers seront mobilisés samedi soir avec l'appui des policiers d'élite du Raid, selon une source policière confirmant des informations du Figaro. A Strasbourg, ils seront 350 policiers et 200 militaires; à Toulouse, 200 policiers, selon la même source.

La menace terroriste "reste très élevée" en France, avait estimé avant Noël le patron de la police Jean-Marc Falcone dans un entretien au Journal du dimanche. "Après l'expérience, hélas, de l'attentat de Nice, l'attaque de Berlin nous confirme qu'il faut mettre en place un dispositif de sécurité de haute intensité, à la fois actif et passif, sur les grands rassemblements", avait-il ajouté.

Le ministère de l'Intérieur activera le 31 décembre le Centre opérationnel police (COP) composé de représentants de la police, de la gendarmerie et de la préfecture de police. Le COP "est activé mais on espère qu'il ne sera pas nécessaire. Il gère ce qui est inhabituel, les gros évènements comme les attentats, pas le tout-venant", explique une source policière.

Le "tout-venant", ce sont les conduites en état d'ivresse par exemple. Ainsi, du vendredi soir au dimanche soir, 500 fonctionnaires de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris mettront en place 128 points de contrôle dans l'agglomération parisienne.

Le week-end de Noël à Paris et en proche banlieue, 615 infractions ont été relevées dont 42 délits constatés (défaut de permis, d'assurance, conduite en état d'ivresse...) et 573 contraventions dressées (non-présentation de papiers, excès de vitesse, utilisation de téléphone portable au volant...).

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Durant le week-end, 36.000 gendarmes et 52.600 policiers, dont 4.000 CRS, seront mobilisés en France.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-