Rhône: mort du petit garçon de 10 ans qui avait contracté la rage au Sri Lanka

Rhône: mort du petit garçon de 10 ans qui avait contracté la rage au Sri Lanka

Publié le 19/10/2017 à 07:30 - Mise à jour à 07:32
©Cor125/Pixabay
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le petit garçon de dix ans souffrant de la rage après avoir été mordu par un chiot au Sri Lanka est mort mardi soir à Lyon. La victime était gravement atteinte et avait déjà déclaré les premiers symptômes de la maladie contre laquelle il n'existe aucun traitement efficace.

Il s'est éteint mardi 17 au soir dans un hôpital lyonnais. Le petit garçon qui avait contracté la rage lors de vacances aux Sri Lanka est mort des suites de sa maladie, il avait 10 ans. Il avait été mordu mi-août en caressant un chiot sur une plage de Dikwella, dans le sud de l'île.

Jouant avec l'animal, le garçon avait été mordillé par l'animal sans que cela n'occasionne de réelle douleur. Guère plus en réalité que de petites éraflures, mais qui ont malheureusement été suffisantes pour assurer le passage du virus sans que les parents ne s'inquiètent.

Les premiers symptômes de la rage étaient apparus début octobre, provoquant son hospitalisation en urgence. Malgré les efforts déployés par le corps médical, la médecine est impuissante à sauver les patients parvenus à ce stade.

En effet, dans les annales de l'histoire médicale, seules deux personnes ont survécu à une rage déclarée. Il s'agit de deux enfants, le premier en 1970 et le deuxième en 2004, tous les deux aux Etats-Unis, qui ont vaincu le virus après un séjour en réanimation. Hormis ces deux miraculés, personne n'a jamais réchappé à la mort une fois le premier symptôme apparu.

La rage tue, selon l'Institut Pasteur, 59.000 personnes par an, presque toutes en Afrique et en Asie, suite à des morsures ou des léchages d'animaux contaminés (une transmission humaine est possible de la mère à l'enfant ou lors d'une transplantation, mais est rare dans les faits).

Une soixantaine de personnes, membres de la famille de l'enfant, mais aussi des élèves et des personnels de son école, ont bénéficié d'une vaccination, dont la deuxième phase aura lieu ce jeudi 19, selon l'Agence régionale de Santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La rage est toujours mortelle une fois les premiers symptômes déclarés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-