Royaume-Uni: un pédophile de 60 ans échappe à la prison à cause d'un mal de dos chronique

Royaume-Uni: un pédophile de 60 ans échappe à la prison à cause d'un mal de dos chronique

Publié le 15/11/2017 à 11:44 - Mise à jour à 12:02
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme condamné en Angleterre pour des agressions sexuelles contre des mineurs dans les années 70 va échapper à la prison. En effet, son mal de dos chronique est incompatible avec l'emprisonnement.

L'affaire fait grand bruit au Royaume-Uni où la presse présente l'individu comme pédophile. John Chappel, 60 ans, a été condamné par le tribunal de Plymouth pour avoir agressé sexuellement des jeunes filles, dont deux âgés de 14 ans, dans les années 70, alors que lui-même était mineur rapporte The Telegraph. L'homme a reconnu les faits et a d'ailleurs plaidé coupable.

Il a également admis avoir incité une de ces filles à commettre un "acte indécent" - et, enfin, a plaidé coupable pour une infraction similaire à l'égard d'une troisième jeune fille quelques années plus tard. Des faits pour lequel il avait été condamné en 1977 à 300 livres d'amendes.

Toutefois, le prévenu échappera à la prison en raison d'un mal de dos chronique qui le fait "atrocement souffrir". "Une peine de prison pourrait créer un grand inconfort" a précisé le juge anglais, avant d'ajouter qu'une "peine de prison devait servir à punir, et non pas à assouvir un esprit de revanche". Le magistrat a également précisé que John Chappel ne s'était livré à aucune infraction à la loi depuis les faits qui lui était reproché et qu'il avait "travaillé dur tout au long de sa vie".  

Jason Beal, avocat du prévenu, a souligné de son côté que son client avait "honte de son comportement" et qu'il avait écrit des lettres aux victimes pour s'excuser.

Le juge a averti Chappell que si les infractions qui lui étaient reprochés avaient été commises après 2003, lorsque la loi concernant les abus sexuels contre des mineurs a changé, elles auraient été passibles de plus lourdes peines d'emprisonnement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une "peine de prison devait servir à punir, et non pas à assouvir un esprit de revanche" a précisé le magistrat.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-