Saint-Denis: l'individu radicalisé interpellé par la DGSI reconnait qu'il voulait commettre un attentat en France

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Saint-Denis: l'individu radicalisé interpellé par la DGSI reconnait qu'il voulait commettre un attentat en France

Publié le 24/08/2017 à 16:59 - Mise à jour à 17:14
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'individu radicalisé interpellé mardi par la DGSI, car suspecté de vouloir passer à l'acte, a reconnu lors de sa garde à vue qu'il cherchait une arme pour commettre un attentat sur le sol français. Mais les contours de son entreprise terroriste sont encore flous.

L'homme interpellé mardi 21 par des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), surveillé par les services de renseignement car radicalisé et soupçonné de vouloir passer à l'acte, a reconnu ce jeudi 24, au cours de sa garde à vue, qu'il cherchait à se procurer une arme pour commettre un attentat terroriste sur le sol français, a révélé BFMTV.

Son arrestation avait eu lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle. Une perquisition a été menée à son domicile, mardi, soit le jour de son interpellation.

S'il a reconnu son intention de passer à l'acte et donné des détails sur son projet d'attentat, tout reste encore très flou, et les enquêteurs doivent encore tenter d'éclaircir les zones d'ombre lors des dernières heures de sa garde à vue (qui peut durer jusqu'à 96 heures avant une possible mise en examen).

L'individu, sur qui aucune information n'a filtré (hormis le fait que c'est un homme), aurait expliqué avoir étudié plusieurs cibles et penser notamment s'en prendre à des boites de nuit. Mais il n'a dit ni où, ni quand, et n'a pas non plus, à l'heure actuelle ce jeudi dans la soirée, donné les noms d'éventuels complices.

Lors de sa surveillance, les services de renseignement avaient repéré ses agissements étranges alors qu'il était en train de chercher une arme (sans parvenir à ses fins). Et c'est justement à cause de cela qu'ils avaient décidé d'ouvrir une enquête préliminaire le 10 août dernier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'individu radicalisé a été placé mardi après-midi en garde à vue par la DGSI. Celle-ci peut durer jusqu'à 96 heures.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-