Saint-Denis: le policier qui a tué sa collègue connu pour "jouer avec son arme"

Saint-Denis: le policier qui a tué sa collègue connu pour "jouer avec son arme"

Publié le 12/04/2018 à 10:24 - Mise à jour à 10:36
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Mis en examen pour homicide involontaire, le policier qui avait tiré dans la tête de sa collègue à Saint-Denis, était connu "pour jouer avec son arme". La jeune femme est décédée au début de la semaine après trois semaines de coma.

Un policier de Seine-Saint-Denis qui a mortellement blessé une collègue de 25 ans avec son arme de service a été mis en examen mercredi pour homicide involontaire, a indiqué le parquet de Bobigny mercredi 11. Il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire. Ce dernier comporte l'interdiction d'exercer le métier de policier et de détenir une arme. 

Selon le journal Le Parisien, si le meurtrier présumé est considéré comme "un très bon flic, apprécié par ses collègues, solide", il est aussi décrit comme un homme a qui il arrivait régulièrement de jouer avec son arme de service. "Il arrivait aussi à ce gardien de la paix de jouer avec son arme, en la pointant vers ses collègues, en leur disant: «Lève les mains»", a fait savoir une source proche de l’affaire au quotidien.

Saint-Denis: la policière blessée par balle à la tête est morte

Le policier mis en examen "n’aurait pas reconnu avoir joué avec son arme ce soir du 20 mars. Il aurait d’ailleurs livré peu de détails", précise Le Parisien. Et d'ajouter: "En état de choc après les faits, il est toujours sous traitement médicamenteux et dévasté par son geste".

L'enquête va devoir déterminer les circonstances exactes qui ont conduit au coup de feu, ce qui pourrait s'avérer difficile car il n'y aucun témoin oculaire de la scène et pas d'images vidéo. L'arme de service du policier a également été analysée. "L’arme du policier a été vérifiée et elle fonctionnait normalement, la balle ne part que si l’on appuie sur la détente", a indiqué une source policière.

Sa collègue, une gardienne de la paix de 25 ans, est décédée au début de la semaine après trois semaines de coma. Elle avait été touchée à la tête le 20 mars au commissariat de Saint-Denis. La jeune femme avait choisi d’être affectée au commissariat de Saint-Denis, après un stage remarqué au service de l’investigation.

Suite à ce dramatique incident, une note avait été adressée aux fonctionnaires de la préfecture de police par le directeur de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP), Frédéric Dupuch, rappelant "la dangerosité des armes à feu".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il arrivait aussi à ce gardien de la paix de jouer avec son arme", a expliqué une source policière.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-