Saint-Etienne: il reste 5 jours sur un brancard aux urgences du CHU

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Saint-Etienne: il reste 5 jours sur un brancard aux urgences du CHU

Publié le 01/08/2019 à 14:46 - Mise à jour à 14:48
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un patient des urgences du CHU de Saint-Etienne est resté sur un brancard durant cinq jours, faute de places dans des lits. La mésaventure du septuagénaire est déjà arrivée à d'autres patients et se reproduira selon le personnel de l'hôpital, complétement débordé.

Les urgences du CHU de Saint-Etienne sont débordées et un patient de 72 ans en a fait les frais mardi 30. Cet homme a en effet dû rester alité sur un brancard durant cinq jours, fautes de places dans des lits convenables.

Au mois de juillet une trentaine de lits ont été supprimés aux urgences de ce CHU, forçant les soignants à prendre en charge les malades directement dans les couloirs.

Si la mésaventure du septuagénaire resté sur un brancard durant 120 heures est quasiment unique, des faits similaires se produisent chaque jour dans cet établissement où les soignants sont particulièrement sollicités et débordés.

A voir aussi: Hôpital: 21,4 millions de passages aux urgences, moins de 400.000 lits en 2017

Une aide-soignante interrogée par France Bleu Saint-Etienne Loire a ainsi assuré qu'il lui arrivait régulièrement de "faire la toilette (des patients, ndlr) en plein milieu d'un couloir". Des faits qui posent ainsi un gros problème quant à la dignité des malades mais qui engage aussi leur état de santé déjà détérioré.

"Ils repartent avec des débuts d'escarres, des rougeurs, parce qu'ils sont restés trop longtemps sur les matelas. On essaye de les masser le plus souvent possible. Le problème, c'est qu'on n'a pas le temps", a-t-elle poursuivi.

Depuis le 5 juin dernier le personnel du CHU est en grève pour protester contre les fermetures de lits entrainant des conditions d'accueil des malades déplorables. Leur mouvement social, pendant lequel ils continuent bien sûr à assurer leur devoir, n'a pour l'instant pas porté ses fruits.

A lire aussi:

Faute de place à la morgue, les cadavres du CHU dans des camions frigorifiques

Hôpital: les syndicats tentent d'étendre la grève

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un patient du CHU de Saint-Etienne est resté cinq jours sur un brancard dans un couloir faute de lits disponibles.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-