Saint-Tropez: des braqueurs ouvrent le feu sur les gendarmes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Saint-Tropez: des braqueurs ouvrent le feu sur les gendarmes

Publié le 03/01/2018 à 08:21 - Mise à jour à 08:28
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Quatre malfaiteurs armés ont braqué mardi le salon des antiquaires à Saint-Tropez. Au moment de prendre la fuite, ils ont ouvert le feu sur les gendarmes qui n'ont pas été blessés.

L'échange de coups de feu n'a heureusement pas fait de victimes. Quatre individus ont braqué mardi 2 le salon des antiquaires qui se déroulait à Saint-Tropez dans le Var. Armés de fusils à pompes, les malfaiteurs ont cassé les vitrines d'un stand de bijoux, tout en tenant en joue les exposants couchés au sol sous la menace des armes à feux.

Alors qu'ils allaient prendre la fuite, les trois hommes et une femme sont tombés sur les gendarmes qui, alertés, arrivait en trombe pour intervenir sur ce braquage. Alors que les militaires effectuaient les sommations d'usage, ils ont essuyé quatre ou cinq coups de feu de la part des malfaiteurs, masqués et habillés en treillis. Pour éviter une fusillade prolongée en pleine rue où une balle perdue aurait pu faire des ravages compte tenu du calibrez utilisés, les gendarmes ont choisi de laisser les braqueurs prendre la fuite. Aucun blessé n'est heureusement à déplorer.

Voir aussi: Quinze ans de prison pour un braquage mortel et un butin de misère

Le plan Epervier a immédiatement été déclenché dans le Var pour tenter de mettre la main sur les malfaiteurs qui sont ce mercredi 3 encore en fuite. Ils auraient fait main basse sur un butin impressionnant estimé à plusieurs centaines de milliers d'euros.

"Le profil des malfaiteurs, bien que masqués, sera peut-être reconstituable: certains exposants affirmaient en effet avoir reconnu les silhouettes des protagonistes lors de repérages plus tôt dans la journée", fait savoir Nice-Matin. Un des malfaiteurs se serait exprimé avec "un fort accent slave".

Une enquête a été ouverte et les gendarmes ont procédé aux premières constatations dans la salle où se déroulait le salon des antiquaires. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le plan Epervier a immédiatement été déclenché dans le Var pour tenter de mettre la main sur les malfaiteur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-