Saran: un détenu de 25 ans se donne la mort dans sa cellule, il faisait l'objet d'une surveillance renforcée

Saran: un détenu de 25 ans se donne la mort dans sa cellule, il faisait l'objet d'une surveillance renforcée

Publié le 02/10/2017 à 07:06 - Mise à jour à 07:07
©Sakeeb Sabakka/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 25 ans s'est suicidé dimanche matin dans la prison de Saran à côté d'Orléans. Placé en détention préventive, il faisait l'objet d'une surveillance particulière.

L'administration pénitentiaire avait repéré la fragilité psychologique du jeune homme. Elle n'a pourtant pas réussi à éviter le pire. Dimanche 1er octobre, un détenu de 25 ans s'est donné la mort au centre pénitentiaire de Saran, à proximité d'Orléans dans le département du Loiret.

La victime du geste désespéré était incarcérée depuis le mois d'août au Cepos (Centre pénitentiaire d'Orléans-Saran), en détention provisoire. Il était mis en examen et avait incarcéré sur décision du juge d'instruction de Chartres dans le cadre d'une affaire de menaces et de harcèlement.

Considéré comme un profil sensible, il avait été placé à l'isolement et faisait l'objet d'une surveillance particulière. C'est en fin de matinée cependant qu'il a réussi à échapper à la surveillance de ses gardiens et s'est pendu dans sa cellule juste après une ronde des personnels de la prison.

Le jeune homme a laissé un courrier expliquant les raisons de son geste mortel.

 Le Centre pénitentiaire d'Orléans-Saran avait connu il y a un peu moins d'un an une série noire de suicides avec trois hommes incarcérés qui se sont donné la mort en 15 jours entre la fin de l'année 2016 et le début de l'année 2017.

En France, chaque année, une centaine de personnes se suicident en prison (ils étaient 113 en 2015). La sonnette d'alarme a été tirée à plusieurs reprises pour alerter sur ce fléau qui touche plus particulièrement les personnes placées en détention préventive, donc celles pour lesquelles aucune peine définitive n'a été prononcée et qui sont présumées innocentes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme faisait pourtant l'objet d'une surveillance particulière.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-