Savoie: au premier jour du procès de l'instituteur pédophile, l'accusé "reconnaît l'ensemble des faits"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Savoie: au premier jour du procès de l'instituteur pédophile, l'accusé "reconnaît l'ensemble des faits"

Publié le 08/12/2016 à 20:41 - Mise à jour à 20:48
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un instituteur de 51 ans, jugé devant la cour d'assises de Savoie pour des viols et des agressions sexuelles sur 30 fillettes, a admis tous les faits qui lui étaient reprochés, au premier jour de son procès. Il a déclaré que la pédophilie "c'est abject et inacceptable".

Des actes "ignobles" qu'il va "essayer d'expliquer" aux parents des fillettes violées dans sa classe. Un ancien instituteur est jugé depuis jeudi 8 par la cour d'assises de Savoie qui a autorisé la presse, "pour l'intérêt commun", à assister au procès.

Que pensez-vous des pédophiles? "Mon opinion a toujours été la même et l'est toujours aujourd'hui: c'est abject et inacceptable", répond Eric Molcrette, 51 ans, accusé de viols et d'agressions sexuelles sur 19 de ses élèves de grande section de maternelle et CP, âgées de 5 et 6 ans, à l'école de Planaise, petit village de Savoie, entre 2011 et 2013.

Il répond aussi d'attouchements sur 11 fillettes de 8 à 12 ans lors d'un camp de vacances équestre à Mornac-sur-Seudre (Charentes-Maritimes), à l'été 2012.

Cet homme au physique sportif, cheveux grisonnants, "reconnaît l'ensemble des faits" qui lui sont reprochés. Et d'expliquer, jeudi, que s'il a "tenu jusqu'à aujourd'hui" après une tentative de suicide en détention provisoire, "c'est pour essayer d'expliquer le processus long et complexe qui a amené à ce désastre".

Quand les gendarmes sont venus le chercher à son domicile le 11 avril 2013, il était "totalement surpris et nous a suivis sans résistance", raconte à l'audience le directeur d'enquête.

"Ils ont prononcé le mot viol", se remémore M. Molcrette. "C'est à ce moment que tout s'est effondré, que ces actes ignobles que j'avais commis sont devenus réels", ajoute ce père de deux enfants, qui parle d'une "addiction" contractée au "contact d'internet".

Entre 2011 et 2013, cet homme au couple en déliquescence et affecté par une rupture amoureuse extra-conjugale, a organisé des cours de soutien par petits groupes, qui se finissaient par des "jeux du goût" pour garder un caractère "ludique". Les yeux bandés, les enfants devaient reconnaître des goûts en léchant un produit. Qui s'est avéré être le "zizi" du maître pour 18 enfants.

La lecture de l'acte d'accusation et l'énumération finale des noms de toutes les petites victimes, dont beaucoup n'ont pas conscience de ce qui leur est arrivé, se font dans un silence pénible. Dans l'assistance, les visages se crispent, un mari serre l'épaule de sa femme, une mère essuie ses larmes.

L'accusé dans son box est figé, tourné de trois-quarts vers la cour. Il ne regarde pas les parents de toute la journée. Des parents qui comme "tous les parents accompagnent leur enfant à l'école avec confiance", selon Me Daniel Cataldi, avocat de plusieurs familles.

Et s'il ne s'agit pas de faire le procès de l’Éducation nationale, l'institution sera questionnée. "Ces conneries, ces jeux du goût, il faut que ça cesse!" confie à l'AFP un père de Planaise, qui attend que "justice soit faite et que ça finisse".

Pour lui, "il faut qu'on en parle, comme on a parlé de Villefontaine", ce retentissant scandale d'un directeur d'école de l'Isère, déjà condamné pour recel d'images pédopornographiques avant d'être arrêté, en 2015, pour de semblables "ateliers" pervers. Et de se suicider en prison, un an plus tard, avant son procès.

Le procès devait se dérouler à huis clos mais la cour a finalement autorisé la présence de la presse. Me Cataldi a plaidé "l'intérêt commun de comprendre l'incompréhensible" et de "faire disparaître l'ombre et le silence qui ont permis la réalisation de ces faits".

"On ne va pas effacer ce qui s'est passé, mais si ça peut servir ne fût-ce qu'à une enfant, il faut un huis clos partiel", a aussi argué le père d'une victime de Mornac.

Lundi, la Fondation pour l'enfance fait citer comme témoin l'ancien ministre de l’Éducation nationale Luc Ferry, qui sera présent. En revanche, l'actuelle ministre Najat Vallaud-Belkacem, également citée, ne se présentera pas pour des raisons de procédure, selon son cabinet.

Eric Molcrette encourt 20 ans de réclusion criminelle. Verdict le 16 décembre.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-