Seine-Saint-Denis: dégradations et violences urbaines, dix personnes interpellées

Seine-Saint-Denis: dégradations et violences urbaines, dix personnes interpellées

Publié le 13/02/2017 à 11:08
©François Guillot/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les tensions sont toujours vives en Seine-Saint-Denis. Des incidents dans la nuit de dimanche à lundi ont mené à l'interpellation de dix jeunes, qui faisaient partie d'un groupe ayant commis des actes de violences urbaines dans la commune de Drancy.

Dix personnes ont été interpellées dans la nuit de dimanche 12 à ce lundi 13 en Seine-Saint-Denis pour des violences urbaines, a-t-on appris auprès de la préfecture de police de Paris. Ces arrestations ont toutes eu lieu dans la commune de Drancy.

"Un groupe d'une cinquantaine de jeunes (de la commune voisine) du Blanc-Mesnil sont allés à Drancy avec des barres de fer. Ils ont cassé sept voitures et la vitre d'une crèche a été brisée d'un coup de marteau", a ajouté cette source, notant que les interpellés étaient tous mineurs.

Selon cette source, une dizaine de voitures ont par ailleurs été incendiées sur le département pendant la nuit et des projectiles ont été lancés en direction des policiers en faction devant le poste de police situé au cœur de la cité des 3.000 d'Aulnay-sous-Bois.

C'est dans cette cité que Théo, 22 ans, a subi un viol présumé le 2 février lors d'une interpellation violente. Toujours hospitalisé en raison de graves blessures dans la zone rectale, il s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). À la suite de l'interpellation du jeune homme, un policier a été mis en examen pour viol, trois autres pour violences.

Dimanche soir, 11 personnes, dont huit mineurs, avaient été interpellées à Argenteuil dans le Val-d'Oise après des heurts avec les forces de l'ordre, l'incendie d'un véhicule et le caillassage d'un bus, avait indiqué la préfecture du département.

Samedi 11, une manifestation à Bobigny de soutien à Théo avait laissé place à de nombreuses dégradations. Trente-sept personnes avaient été interpellées en Seine-Saint-Denis dans les heures qui avaient suivi.

Des scènes de violences urbaines se produisent, chaque nuit, depuis une semaine dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les tensions sont toujours très vives en Seine-Saint-Denis, et particulièrement dans les communes proches d'Aulnay-sous-Bois

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-