Seine-Saint-Denis: des hommes cagoulés frappent la directrice et des agents d'un centre de loisirs

Seine-Saint-Denis: des hommes cagoulés frappent la directrice et des agents d'un centre de loisirs

Publié le 06/03/2018 à 16:47 - Mise à jour à 17:04
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les enfants du centre de loisirs Descartes de Saint-Denis ont été les témoins d'actes de violence lundi. Cinq hommes cagoulés ont fait irruption dans l'établissement et frappé la directrice ainsi que deux agents avant de voler du matériel et de fuir.

Des hommes cagoulés ont fait irruption dans le centre de loisirs Descartes à Saint-Denis et ont violement frappé la directrice ainsi que deux agents lundi 5 vers 17h.

D'après France Bleu Paris, les faits se sont déroulés sous les yeux des enfants présents dans l'établissement. Aucun d'entre eux n'a été blessé. Et certains d'entre eux se sont réfugiés sur une mezzanine accompagnés d'un de leurs animateurs.

A voir aussi: Seine-Saint-Denis - un chef d'entreprise de 56 ans abattu lors d'un braquage à La Courneuve

Devant une vingtaine d'enfants, les malfrats s'en sont donc pris à leurs encadrants avant de subtiliser du matériel. Des tablettes numériques mais aussi des vêtements ont été dérobés par les cinq malfaiteurs avant qu'ils prennent la fuite. Il n'a pas été indiqué si ceux-ci avaient été arrêtés depuis.

L'un des agents employés par le centre de loisirs a été blessé. Il s'est vu prescrire dix jours d'interruption totale de travail (ITT).

Une cellule psychologique a aussitôt été mise en place pour soutenir le personnel ou les enfants qui en ressentiraient le besoin. La sécurité de l'établissement a aussi été renforcée dès ce mardi 6 pour éviter qu'un tel événement ne se reproduise: trois policiers municipaux sont désormais mobilisés.

Ce mardi, le maire de la commune de Seine-Saint-Denis, Laurent Russier, est allé à la rencontre du personnel du centre de loisirs mais aussi des parents des enfants. Dans la matinée, plusieurs élus du département de sont rendus au ministère de l'Intérieur. Ils protestent contre le fait que le territoire n'ait pas été retenu pour expérimenter la nouvelle police de sécurité du quotidien.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les malfrats ont frappé trois personnes avant de voler des vêtements et des tablettes numériques, tout cela sous les yeux des enfants du centre de loisir.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-