Seine-Saint-Denis: l'homme gardait un lionceau dans un appartement, il est placé en garde à vue (photo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Seine-Saint-Denis: l'homme gardait un lionceau dans un appartement, il est placé en garde à vue (photo)

Publié le 11/10/2017 à 11:01 - Mise à jour à 11:10
©F.-G. Grandin/MNHN
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Mardi en début de soirée, la police aidée des pompiers a libéré un petit lion détenu illégalement dans un appartement de Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis. Les enquêteurs essaient de comprendre comment l'animal a pu arriver chez un homme déjà connu des services de police.

L'information était partout sur les réseaux sociaux. Elle s'est avérée vraie. Mardi 10, en fin d'après-midi, les policiers sont intervenus dans un logement de Noisy-le-Sec, dans le département de Seine-Saint-Denis, pour libérer un animal pour le moins inattendu dans un appartement de la banlieue parisienne: un lionceau.

Les enquêteurs surveillaient en effet les réseaux sociaux pour recueillir des informations sur la détention de l'animal évoquée dans différents messages. D'autant que son "propriétaire" potentiel n'est pas inconnu des services de police. L'individu s'était déjà fait remarquer pour avoir circulé dans les rues de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à dos de cheval…

Le petit fauve était donc gardé dans un appartement qui n'était pas le lieu de résidence du détenteur. Localisé, les autorités sont intervenues en dépêchant une équipe spécialisée pour récupérer l'animal apeuré. Il a été confié à la Société protectrice des animaux.

Le détenteur du fauve a, lui, été placé en garde à vue. Les enquêteurs cherchent à savoir comment il s'est procuré l'animal et pourquoi il lui a pris l'idée de se procurer un "lion d'appartement". Des analyses sont en cours sur le lionceau afin de savoir également si l'individu pourrait être suspecté de mauvais traitement.

D'après une étude du Fonds international pour la protection des animaux, le trafic d'animaux sauvages représenterait pas moins de 16 milliards d'euros par an dans le monde.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le lionceau était retenu dans un appartement de Noisy-le-Sec (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-