Seine-Saint-Denis: le proviseur et le gestionnaire d'un collège accusés d'agression sexuelle

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Seine-Saint-Denis: le proviseur et le gestionnaire d'un collège accusés d'agression sexuelle

Publié le 02/06/2018 à 13:22 - Mise à jour à 13:24
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le proviseur et le gestionnaire du collège international de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, sont visés par deux plaintes pour agression sexuelle. Ce sont deux surveillantes de l'établissement qui les accusent, les faits remonteraient à la fin du mois de mai.

Deux surveillantes du collège international de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, ont porté plainte contre le proviseur et le gestionnaire de l'établissement pour agression sexuelle. Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 24 au 25 mai dernier pour l'une des femmes selon Le Parisien.

Les deux victimes présumées sont actuellement en accident du travail et le gestionnaire ainsi que le proviseur sont en arrêt de travail le temps de l'enquête.

"Il était environ une heure trente du matin, j’étais dans ma chambre. Mais je ne parvenais pas à dormir. Soudain j’ai entendu gratter à la porte puis j’ai vu que quelqu’un essayait de l’ouvrir. Je l’ai alors entrebâillée et j’ai reconnu le gestionnaire puis, derrière lui, le principal. Ils étaient complètement ivres", a témoigné la première victime présumée.

A voir aussi: Accusé d'agression sexuelle, la justice ordonne de lui mesurer le pénis

Le gestionnaire lui aurait alors dit qu'il cherchait un élève interne et lui a demandé s'il n'était pas dans sa chambre. "Je lui ai répondu non et j’ai bloqué la porte avec mon pied. Au bout d’un moment, ils ont fini par partir", a-t-elle poursuivi.

Ce n'est qu'ensuite qu'elle s'est dirigée vers les chambres des élèves, par peur que les deux hommes s'en prennent à eux. Elle dit avoir alors entendu des éclats de voix, provenant de la chambre de sa collègue.

Elle l'a ainsi retrouvée "recroquevillée sur le lit. Elle était livide. Elle m’a raconté que le principal s’est allongé sur le lit à côté d’elle. Puis le gestionnaire lui a caressé les jambes et l’a embrassé sur le front. Et le principal a dit «elle n’aime pas les bisous, elle préfère une tape sur le visage», ce qu’il a fait. Jeanne les a suppliés de sortir, ils ont fini par partir".

Les deux femmes ont ensuite alerté la police et porté plainte contre les deux hommes dès le vendredi 25.

Elles sont soutenues dans leurs démarches par le rectorat de Créteil. "Si l’enquête de police confirmait ces affirmations, ce serait une situation inacceptable et intolérable", a affirmé le cabinet du recteur.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux surveillantes du collège international de Noisy-le-Grand ont porté plainte contre le proviseur et le gestionnaire de l'établissement pour agression sexuelle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-