Seine-Saint Denis: un policier amnésique après une violente agression, un suspect arrêté

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Seine-Saint Denis: un policier amnésique après une violente agression, un suspect arrêté

Publié le 07/07/2017 à 08:08 - Mise à jour à 08:13
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un policier de 39 ans a presque entièrement perdu la mémoire depuis le 30 mai dernier et une violente agression dont il a été victime. Une information judiciaire a été ouverte mercredi contre un de ses agresseurs présumés qui risque jusqu'à 15 ans de prison.

Violement agressé fin mai, un policier est devenu presque totalement amnésique. Il a presque tout perdu des souvenirs des 39 années de sa vie. Son agresseur présumé a été interpellé mardi 5 et devra répondre de violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné une infirmité permanente.

Les faits remontent au 30 mai dernier. Le policier en question et un de ses collègues - membres de la Brigade de sécurité de quartier- contrôlent à la Plaine Saint-Denis (Seine Saint-Denis) les identités de deux individus. Mais l'opération se passent mal et six autres jeunes viennent s'en mêler, relate Europe 1. Les coups et les pierres pleuvent, les policiers jetés à terre sont frappés notamment à la tête.

Il faudra l'intervention de renforts pour mettre fin à l'agression. Mais depuis, le plus touché des deux hommes a presque tout oublié: sa vie, son métier, son adresse, le visage des membres de sa famille en dehors de sa sœur, comment conduire... Il doit donc tout réapprendre, y compris redécouvrir le monde dans lequel il vit. Des collègues lui envoient des photos avec leur nom pour lui faire savoir qui ils sont, raconte Le Parisien. Impossible de dire comment la situation évoluera.

Son collègue s'était vu prescrire 3 jours d'incapacité totale de travail. C'est son témoignage qui a permis de procéder à trois arrestations depuis l'agression. Deux des individus ont été relâchés faute d'éléments suffisant mais une information judiciaire a été ouverte mercredi par le parquet de Bobigny concernant le troisième. Il reconnaît sa présence sur les lieux mais nie les coups.

Les violences ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente sont punies de dix ans d'emprisonnement et de 150.000 euros d'amende, peine maximale portée à 15 ans de réclusion criminelle lorsqu'elles sont commises sur un dépositaire de l'autorité publique.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime a oublié jusqu'aux visages des membres de sa famille.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-