Seine-Saint-Denis: un policier plante des ciseaux dans la gorge d'un adolescent

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Seine-Saint-Denis: un policier plante des ciseaux dans la gorge d'un adolescent

Publié le 26/06/2019 à 10:21 - Mise à jour à 10:27
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un jeune de 17 ans a été blessé par un policier de la BAC samedi 22 à Vaujours en Seine-Saint-Denis lors d'un contrôle d'identité qui a dégénéré. Un chef de patrouille lui a planté des ciseaux dans la gorge.

Le contrôle d'identité a très mal tourné. Un adolescent de 17 ans nommé Farès a été blessé à la suite d'un simple contrôle de police opéré par la BAC à Vaujours en Seine-Saint-Denis samedi en fin de journée.

Tout a commencé par des "quolibets" lancés à une patrouille de la BAC. Les policiers ont alors arrêté leur véhicule et se sont dirigés vers un petit groupe de quatre jeunes qu'ils soupçonnaient.

Après avoir nié être à l'origine des insultes, les quatre personnes ont alors été contrôlées et palpées.

C'est à ce moment que l'un des policiers, le chef de la patrouille, a découvert la paire de ciseaux de l'un des jeunes, selon le témoignage des adolescents que Le Point a pu recueillir.

Les policiers se seraient alors emportés. "Vous n'assumez pas vos paroles, bande de couilles molles, bande de pédales, vous n'êtes pas des hommes", auraient-ils lancé au groupe de jeunes. S'en est suivie une empoignade rythmée par des attaques verbales des jeunes arguant que s'ils avaient été des adultes les policiers ne se seraient pas comportés de la sorte.

C'est à ce moment que Farès aurait esquivé un coup de pied, alors que les policiers tentaient de les disperser. Le chef de la patrouille se serait alors avancé vers lui et lui aurait planté les ciseaux dans la gorge.

Une vidéo du jeune homme tenant son tee-shirt en sang pour stopper l'hémorragie circule depuis sur les réseaux sociaux.

A voir aussi: Fête de la musique à Nantes: un disparu et des questions sur un "quai dangereux"

L'adolescent, qui assure qu'aucun policier ne lui est venu en aide, a ensuite été transporté à l'hôpital par les pompiers qui avaient été appelés par "un pote".

"On me dit que les policiers aussi les ont appelés. Je n'ai pourtant vu aucun policier se saisir de son téléphone. Mon père a été appelé. Il croyait que j'avais été agressé par quelqu'un. Je lui ai dit que c'était un policier. À l'hôpital, on m'a recousu de trois points de suture. Ensuite, j'ai été placé en garde à vue au commissariat de Livry-Gargan", a-t-il expliqué.

Mais l'histoire ne s'est pas arrêté là puisque le lendemain matin, et alors que l'ado était toujours au commissariat, c'est le père de Farès qui a vu débarquer les forces de l'ordre à son domicile et a lui aussi été placé en garde à vue. Il sera finalement relâché 12 heures plus tard avec un rappel à la loi.

La sœur de l'adolescent a d'ailleurs elle aussi été arrêtée alors qu'elle apportait des affaires propres à son aîné dont le tee-shirt était tâché de sang. Elle a par ailleurs assurée avoir été insultée dans les locaux.

L'adolescent quant à lui a trois points de suture à la gorge et sera prochainement convoqué au tribunal pour des faits d'outrages et de menaces de mort, accusations qu'il réfute. Une enquête de l'IGPN, la police des polices, pourrait également être ouverte. La famille de Farès a en tout cas un rendez-vous en vue d'un dépôt de plainte fixé à samedi 29.

A lire aussi:

Injure envers la police: Kassovitz défend sa "bande de bâtards" au tribunal

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un policier est accusé d'avoir planté des ciseaux dans la gorge d'un ado lors d'un contrôle d'identité.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-