Seine-Saint-Denis: une femme forcée de quitter son logement à cause d'une invasion de rats

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Seine-Saint-Denis: une femme forcée de quitter son logement à cause d'une invasion de rats

Publié le 20/09/2017 à 09:34 - Mise à jour à 09:43
© Sanjay Kanojia / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une habitante de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis a dû quitter son appartement en janvier. Elle était tombée nez à nez avec un rat dans sa salle de bain. La femme n'a toujours pas été relogée et rien n'a été mis en place pour se débarrasser des rongeurs.

Une habitante de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis a dû quitter son appartement en janvier dernier après être tombée nez à nez avec un rat, dans la cuvette de ses toilettes. "Ma vie est un enfer", a-t-elle confié au quotidien Le Parisien mardi 19.

En effet, la quadragénaire n'a pas été relogée... malgré ses nombreuses demandes et la proposition d'une solution qu'elle n'a pas jugée suffisante. Et rien de durable n'a encore été fait par son bailleur pour déloger les rongeurs. Alors qu'elle vivait dans cet appartement situé au rez-de-chaussée depuis dix ans, cette locataire a dû demander à des amis ou de la famille de l'héberger.

"Cela fait huit mois qu'un seau d'eau est posé sur la cuvette des WC pour les empêcher d'entrer chez moi. On m'appelle Madame Ratatouille dans le quartier. Je suis obligée d'uriner dans la baignoire, me rendre au MacDonald ou demander l'hospitalité à des amis. Cette situation est humiliante", a-t-elle avoué.

Car, parfois, personne ne peut l'accueillir pour la nuit et elle dort alors dans l'appartement qui a jadis été chez elle et qui appartient de plus en plus aux rats. Comme ils n'ont pas été délogés, ils ont continué leur croisade et de nombreuses galeries ont vu le jour jusque sous la chambre de la locataire, qui se réveille parfois au beau milieu de la nuit en entendant le bruit que font les nuisibles. "Ils n'arrêtent pas de creuser dans les murs, dans le sol et la tuyauterie. Lorsque les bruits m'effrayent trop, je donne des coups dans les murs pour les faire fuir... Mais rien n'y fait".

D'autres opérations de dératisation ont été prévues par le bailleur de cette pauvre dame qui n'est pas la seule habitante du rez-de-chaussée à être victime des rats. Et espère que cette fois les nuisibles partiront pour de bon.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La locataire n'est plus vraiment chez elle depuis le mois de janvier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-