Septèmes-les-Vallons: le corps carbonisé d'un homme retrouvé dans son appartement, la piste criminelle privilégiée

Septèmes-les-Vallons: le corps carbonisé d'un homme retrouvé dans son appartement, la piste criminelle privilégiée

Publié le 05/05/2017 à 12:05 - Mise à jour à 12:14
© VALERY HACHE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un cadavre carbonisé a été retrouvé à Septèmes-les-Vallons près de Marseille jeudi soir. Après avoir retrouvé un gilet pare-balles et du haschisch dans une voiture proche des lieux du sinistre, la police a commencé à envisager la piste criminelle.

A première vue, il s'agissait d'un banal, bien que spectaculaire, incendie d'appartement. Mais en enquêtant, les policiers ont dévié sur la piste criminelle. Le corps d'un homme a été retrouvé jeudi 4 au soir, vers 21h, dans l'incendie de son appartement de Septèmes-les-Vallons près de Marseille dans les Bouches-du-Rhône, selon une information de La Provence.

Trois fourgons à incendie et un camion avec échelle, ainsi qu'une dizaine de pompiers, ont été nécessaire pour éteindre les flammes, dans cette zone industrielle de la Haute Bédoule.

Plusieurs éléments ont permis aux autorités de penser que le sinistre pouvait être d'origine criminelle. Premièrement, le cadavre se trouvait tout près du départ de feu. Et en fouillant le site du drame, qui était un entrepôt réaménagé en appartement, ainsi que le garage attenant, les policiers ont découvert un gilet pare-balles et plusieurs plaquettes de haschisch dans une voiture.

Le corps a été confié à l'institut médico-légal et était ce vendredi 5 au matin en cours d'autopsie. Les résultats permettront aux enquêteurs d'en savoir plus sur les circonstances exactes de la mort de cet individu. L'ADN sera un des éléments qui devraient permettre de confirmer son identité, qui n'a pour l'instant pas été révélée. La police judiciaire a été saisie de l'enquête et devrait dire prochainement s'il s'agit d'un règlement de comptes.

A Marseille, le règlement de comptes est régulièrement la solution à un conflit d'ordre criminel. En 2016, 40% des cas s'étaient déroulées dans la cité phocéenne ou ses environs. Trente personnes avaient perdu la vie dans ce genre de circonstances et une vingtaine avaient été blessées.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers ont découvert un gilet pare-balles et plusieurs plaquettes de haschisch dans une voiture proche du site du sinistre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-