Sète: fermeture d'une mosquée par décision préfectorale dans le cadre de l'état d'urgence

Sète: fermeture d'une mosquée par décision préfectorale dans le cadre de l'état d'urgence

Publié le 06/04/2017 à 07:24 - Mise à jour à 07:27
© Fred TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

La Préfecture de l'Hérault a pris un arrêté de fermeture mercredi concernant une mosquée de Sète. Des messages incitant à la haine ont été retrouvés à l'intérieur de l'enceinte.

C'est une perquisition qui a eu lieu dans le lieu de culte jeudi 30 mars qui a précipité la décision. Sur arrêté préfectoral, la mosquée es-sunna à Sète dans l’Hérault, a été fermée mercredi 5. Cette fermeture fait suite aux différentes enquêtes menées par le parquet anti-terroriste de Paris. 

L'arrêté a été notifié et placardé sur le lieu selon une source policière. Dans l’établissement cultuel, situé rue de la Révolution dans le centre de Sète, des tracts contenant des appels à la haine ont été retrouvés. Dans le cadre de la loi sur l'état d'urgence, le préfet de département a le pouvoir de fermer des lieux de toute nature au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d'actes de terrorisme ou en faisant l'apologie. 

Le journal Midi Libre précise que l'une des enquêtes diligentées par le parquet anti-terroriste portait sur le démantèlement d'un réseau de djihadistes à Clapiers dans le même département où des explosifs de type TATP avaient été saisis. Deux hommes et une femme avaient été interpellés à la mi-février. Tout trois sont soupçonnés d'avoir voulu perpétrer un attentat "imminent" en France et mis en examen pour association de malfaiteurs à caractère terroriste.

Cette salle de prière sétoise aurait servi de lieu de réunion à deux personnes aujourd'hui accusées d'association de malfaiteurs à caractère terroriste. 

Le quotidien, précise que l'autre mosquée de Sète, située dans le quartier de l'Île-de-Thau, n'est pas concernée par cette procédure.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans l’établissement cultuel, situé rue de la Révolution dans le centre de Sète, des tracts contenant des appels à la haine ont été retrouvés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-