Sexisme au travail: 47% des salariées, non cadre, y ont déjà été confrontées

Sexisme au travail: 47% des salariées, non cadre, y ont déjà été confrontées

Publié le 24/11/2016 à 12:49 - Mise à jour à 12:50
©Timothy A. Clary/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Selon une enquête réalisée pour le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle (CSEP), près d'une salariée non cadre sur deux (47%) a déjà été confrontée directement au sexisme au travail, en tant que témoin ou en tant que cible. Au total, seules 18% des personnes interrogées estiment que leur entreprise combat le sexisme, contre 33% des hommes.

"Elle fait sa blonde", "c'est quoi cette Barbie?", "ça piaille" ... Près d'une salariée non cadre sur deux (47%) a déjà été confrontée directement au sexisme au travail, en tant que témoin ou en tant que cible, selon une enquête BVA pour le Conseil supérieur de l'égalité professionnelle (CSEP), publiée ce jeudi 24. Cette étude a été présentée aux ministres Laurence Rossignol (Droits des femmes) et Myriam El Khomri (Travail), ainsi qu'un guide rédigé par le CSEP pour aider les entreprises à agir contre le sexisme.

L'étude montre que près de la moitié des femmes interrogées (42%) ont eu le sentiment que, parce qu'elles sont des femmes, elles n'ont pas été augmentées ou primées. Seules 18% estiment que leur entreprise combat le sexisme, contre 33% des hommes. Les trois quarts des femmes confrontées au sexisme au travail ont ressenti un sentiment d'injustice, de colère ou d'humiliation.

Plus de la moitié (53%) ont déjà adopté une "conduite d'évitement" pour ne pas avoir à affronter le sexisme (ne pas porter certaines tenues vestimentaires, éviter de croiser certains collègues ou managers, ne pas demander certains postes ...). Signe d'une certaine ambiguïté, plus de 6 femmes non cadres sur 10 (62%) considèrent cependant que les interpellations familières de type "ma belle" ou "ma grande" sont bienveillantes, comparé à 58% des femmes cadres interrogées dans une précédente enquête en 2013. Deux tiers des femmes non cadres (66%) soulignent une stigmatisation élevée des mères.

Des stéréotypes de sexe pèsent aussi sur les hommes: 4 sur dix (38%) ont déjà entendu des phrases dénonçant leur non-conformité aux "codes de la virilité": "il est trop gentil: pour faire ce métier, il faut +en avoir+", "c'est une femmelette", "il fait passer ses enfants d'abord, on ne peut pas compter sur lui".

L'étude a été réalisée à partir de deux enquêtes: un sondage national auprès d'un échantillon représentatif de 1.502 salariés non cadres (52% de femmes et 48% d'hommes), interrogés par internet du 16 au 23 septembre; et une consultation auprès de 10.068 salariés non cadres de huit entreprises françaises (59% de femmes et 41% d'hommes), interrogés par internet du 24 septembre au 5 octobre. Les entreprises participantes étaient Air France, BNP Paribas, Casino, Orange, Total, Solvay, Suez et Veolia.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Près de la moitié des femmes interrogées (42%) ont eu le sentiment que, parce qu'elles sont des femmes, elles n'ont pas été augmentées ou primées.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-