Sexisme et harcèlement sexuel à l'hôpital: les internes en médecine disent tout

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 17 novembre 2017 - 12:54
Image
Une salle d'opération.
Crédits
©Swoan Parker/Reuters
Au total, 8,6% des internes en médecine ont déclaré avoir été victimes de harcèlement.
©Swoan Parker/Reuters
Harcèlement sexuel, sexisme, blague graveleuses: les internes en médecine ne sont pas épargnés par ces agissements, à en croire les résultats d'une enquête dévoilée ce vendredi par le premier syndicat d'interne ISNI. Par le biais d'un questionnaire en ligne, les étudiants ont révélé ce qu'ils vivaient au quotidien depuis des années.

Le sexisme touche visiblement tous les milieux et les internes en médecine ne seraient pas épargnés par ce phénomène. C'est en tout cas ce que révèlent les résultats d’une enquête dévoilée ce vendredi 17 par le premier syndicat d’internes ISNI (Source). Pour parvenir à cette conclusion, l'organisme a lancé, début septembre dernier, un questionnaire en ligne à l'adresse des quelque "30.000 internes" de France. Ils ont reçu environ 3.000 réponses dont la grande majorité provenait d'étudiantes.

Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: 8,6% des personnes interrogées ont déclaré avoir été victimes de harcèlement (propos ou comportements à connotation sexuelle, dégradants ou humiliants, imposés de façon répétée). Parmi elles, la moitié ont dû faire face à des "gestes non désirés" (toucher le cou, les cheveux, les mollets, massage des épaules), 15% à des "contacts physiques non désirés" (toucher les seins ou les fesses, baisers dans le cou ou sur la bouche), 14% à "des demandes insistantes de relation sexuelle", 12% à un "chantage à connotation sexuelle" et 9% "à des simulations d'actes sexuels". Sans grande surprise, ce sont les supérieurs hiérarchiques qui en seraient à l'origine dans 48% des cas. Ces dérapages se produiraient dans le bloc opératoire dans une situation sur quatre.

Cette enquête révèle également que le sexisme est énormément présent dans le domaine médical: 47% des participants (dont 60% de femmes) ont déclaré en être victimes au quotidien. Et une nouvelle fois, dans la majorité des cas (37%), l'auteur de ces agissements est un médecin ou un supérieur hiérarchique devant le personnel soignant (33 %), les confrères (16 %) et les patients (14 %). Là encore, les faits ont  lieu majoritairement à l'hôpital, au bloc dans un quart des cas.

> A lire aussi: les étudiantes de l'école 42 victimes de harcèlement sexuel

Et ces attitudes ne sont pas sans conséquence. Au-delà du préjudice moral, "ces situations de sexisme et de harcèlement ont une influence sur le choix de spécialité, ou le choix de carrière, des victimes", a expliqué au micro de France Info Olivier Le Pennetier, le président de l’ISNI.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que le sujet est mis sur la table. Le site Payetablouse avait déjà mis en lumière ce phénomène en publiant des témoignages de femmes victimes de sexisme ordinaire ou de harcèlement sexuel dans le domaine médical.

À LIRE AUSSI

Image
Ecole 42 à Paris
Harcèlement sexuel: les étudiantes de l'école 42 à Paris vivent un enfer au quotidien
Des étudiantes de l'école 42, qui propose une formation en informatique, ont confié au site spécialisé L'Usine nouvelle être victimes quotidiennement de harcèlement se...
16 novembre 2017 - 18:02
Société
Image
"La chirurgie, c'est pas fait pour les femmes": le sexisme a la peau dure dans le milieu médical, en
Les internes en lutte contre le sexisme à l'hôpital
"La chirurgie, c'est pas fait pour les femmes": le sexisme a la peau dure dans le milieu médical, en témoigne l'enquête dévoilée vendredi par le premier syndicat d'int...
17 novembre 2017 - 11:12
Image
Dans une école.
Harcèlement scolaire: briser la loi du silence, est-ce la solution? (Tribune)
La journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire a lieu ce jeudi. A cette occasion Serge Farnel, professeur de sciences physiques au collège et auteur de "...
08 novembre 2017 - 18:15
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don