Sexisme et harcèlement sexuel à l'hôpital: les internes en médecine disent tout

Sexisme et harcèlement sexuel à l'hôpital: les internes en médecine disent tout

Publié le 17/11/2017 à 11:54 - Mise à jour à 12:08
©Swoan Parker/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Harcèlement sexuel, sexisme, blague graveleuses: les internes en médecine ne sont pas épargnés par ces agissements, à en croire les résultats d'une enquête dévoilée ce vendredi par le premier syndicat d'interne ISNI. Par le biais d'un questionnaire en ligne, les étudiants ont révélé ce qu'ils vivaient au quotidien depuis des années.

Le sexisme touche visiblement tous les milieux et les internes en médecine ne seraient pas épargnés par ce phénomène. C'est en tout cas ce que révèlent les résultats d’une enquête dévoilée ce vendredi 17 par le premier syndicat d’internes ISNI (Source). Pour parvenir à cette conclusion, l'organisme a lancé, début septembre dernier, un questionnaire en ligne à l'adresse des quelque "30.000 internes" de France. Ils ont reçu environ 3.000 réponses dont la grande majorité provenait d'étudiantes.

Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: 8,6% des personnes interrogées ont déclaré avoir été victimes de harcèlement (propos ou comportements à connotation sexuelle, dégradants ou humiliants, imposés de façon répétée). Parmi elles, la moitié ont dû faire face à des "gestes non désirés" (toucher le cou, les cheveux, les mollets, massage des épaules), 15% à des "contacts physiques non désirés" (toucher les seins ou les fesses, baisers dans le cou ou sur la bouche), 14% à "des demandes insistantes de relation sexuelle", 12% à un "chantage à connotation sexuelle" et 9% "à des simulations d'actes sexuels". Sans grande surprise, ce sont les supérieurs hiérarchiques qui en seraient à l'origine dans 48% des cas. Ces dérapages se produiraient dans le bloc opératoire dans une situation sur quatre.

Cette enquête révèle également que le sexisme est énormément présent dans le domaine médical: 47% des participants (dont 60% de femmes) ont déclaré en être victimes au quotidien. Et une nouvelle fois, dans la majorité des cas (37%), l'auteur de ces agissements est un médecin ou un supérieur hiérarchique devant le personnel soignant (33 %), les confrères (16 %) et les patients (14 %). Là encore, les faits ont  lieu majoritairement à l'hôpital, au bloc dans un quart des cas.

> A lire aussi: les étudiantes de l'école 42 victimes de harcèlement sexuel

Et ces attitudes ne sont pas sans conséquence. Au-delà du préjudice moral, "ces situations de sexisme et de harcèlement ont une influence sur le choix de spécialité, ou le choix de carrière, des victimes", a expliqué au micro de France Info Olivier Le Pennetier, le président de l’ISNI.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois que le sujet est mis sur la table. Le site Payetablouse avait déjà mis en lumière ce phénomène en publiant des témoignages de femmes victimes de sexisme ordinaire ou de harcèlement sexuel dans le domaine médical.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au total, 8,6% des internes en médecine ont déclaré avoir été victimes de harcèlement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-