Son mari se jette sous un train, la SNCF réclame des dommages deux ans après

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Son mari se jette sous un train, la SNCF réclame des dommages deux ans après

Publié le 27/04/2018 à 15:58 - Mise à jour à 16:15
©Chamussy/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une habitante de Chauny dans l'Aisne a eu la désagréable surprise de recevoir une demande de dédommagements de la part de la SNCF. La compagnie désire être indemnisée suite au suicide de son mari... il y a deux ans.

C'est une histoire particulièrement sordide que rapporte L'Aisne nouvelle. Aurore Lecomte-Lavard, une habitante de 42 ans habitant à Chauny (Aisne) a reçu récemment une lettre de la SNCF. L'entreprise publique lui demande en effet les coordonnées de l'assurance de son mari en vue d'obtenir un dédommagement. La cause? Le 14 avril 2016, presque deux ans jour pour jour avant la réception de la lettre, l'époux Mme Lecomte-Lavard s'est suicidé en se jetant sous un train. Une tragédie qui a occasionné un retard de train et l'intervention de personnels que la SNCF veut maintenant se faire rembourser.

Une demande qui scandalise cette mère de trois enfants. Qui se retrouve en outre dans l'impossibilité de se tourner vers l'assurance de son défunt époux: "J’ai appelé l’assurance responsabilité civile et ils n’ont plus rien sur mon mari. Forcément, après le décès, ils ferment tout".

La quadragénaire admet ne même pas en vouloir à la SNCF même si elle reste perplexe devant le délai de la sollicitation: "Si je l’avais reçu à l’époque, j’aurais pu comprendre, mais là, c’est comme remuer le couteau dans la plaie" explique-t-elle.

Lire aussi - Couple percuté par un TGV en Eure-et-Loir: l'homme aurait attaché son épouse sur les rails avant de se suicider

Contactée par la presse locale, la SNCF explique que ce courrier fait partie d'une "procédure administrative normale" car "quand il y a un suicide, nous nous rapprochons toujours des assurances. On tente de les contacter par différents biais. En l’occurrence, les démarches entreprises n’ont pas abouti. C’est pourquoi en dernier recours on a contacté la famille". Cependant, la compagnie ferroviaire –peut-être gênée par la tournure médiatique des événements– promet d'en rester là:"En aucune façon on agira auprès de la famille après ce courrier, on ne relancera pas".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le mari s'est suicidé en 2016, la SNCF veut un dédommagement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-