Soupçonné de viols, Tariq Ramadan placé en garde à vue à Paris

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Soupçonné de viols, Tariq Ramadan placé en garde à vue à Paris

Publié le 31/01/2018 à 13:04 - Mise à jour à 13:07
© MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'islamologue suisse Tariq Ramadan, accusé de viol par deux femmes en France, a été placé en garde à vue ce mercredi par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne.

Tariq Ramadan a été placé en garde à vue ce mercredi 31 dans les locaux de la Direction régionale de la police judiciaire. L'islamologue suisse est visé par une enquête préliminaire pour viol, après les dépôts de plainte de deux femmes à son encontre.

Comme le précise RTL, qui révèle l'information, la garde à vue de Tariq Ramadan pourrait durer 48h. A l'issue de cette dernière, "il peut repartir libre, être placé sous le statut de témoin assisté ou être mis en examen".

Lire aussi - Après les accusations de viol, la défense de Tariq Ramadan organise sa riposte

La première femme à l'avoir accusé, Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, disait avoir eu "le courage" de nommer son agresseur dans le contexte de la campagne #BalanceTonPorc en France. Agée d'une quarantaine d'années, elle avait maintenu ses accusations malgré les "centaines de messages de menaces" envoyées via les réseaux sociaux par des partisans du charismatique intellectuel, qui selon elle, "utilise l'islam pour assouvir ses pulsions sexuelles". Henda Ayari l'accuse de l'avoir violée un soir de 2010 dans une chambre d’hôtel alors qu'elle venait demander des conseils religieux

L'autre plaignante, une femme de 40 ans, qui a souhaité rester anonyme, avait déposé plainte pour des faits similaires qui remontent à l'automne 2009. 

Il n'a pris la parole qu'à deux reprises depuis le début de cette affaire: sur Facebook, fin octobre, pour dénoncer une "campagne de calomnie" enclenchée par ses "ennemis de toujours", et sur Twitter, début novembre, pour démentir des accusations d'abus sexuels sur mineures publiées par le journal La Tribune de Genève et annoncer une plainte pour diffamation.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Tariq Ramadan a été placé en garde à vue ce mercredi par les enquêteurs de la police judiciaire parisienne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-