Suède: un conseiller municipal propose l'instauration d'une "pause sexe" d'une heure dans les entreprises

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Suède: un conseiller municipal propose l'instauration d'une "pause sexe" d'une heure dans les entreprises

Publié le 24/02/2017 à 20:27 - Mise à jour à 20:32
©Richard Foster/Flickr
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un conseiller municipal suédois,Per-Erik Muskos, propose la mise en place de "pauses sexe" rémunérées. Selon lui, cette mesure permettrait ainsi à aux employés d'obtenir "des relations de meilleures qualités".

On connaissait déjà la pause café, la pause cigarette ou encore la pause sieste. Mais certains ont des idées encore plus originales à l'image de Per-Erik Muskos, conseiller municipal de la petite commune d’Övertornea en Suède. Il a proposé, lundi 20, d'instaurer une "pause sexe" pour les employés au cours de leurs journées de travail.

Selon lui, les couples qui travaillent trop pourraient améliorer leur productivité et leur santé en prenant une heure de pause payée par jour pour rentrer à la maison et faire l’amour selon le site Konbini qui a relevé l'amusante proposition. Pour étayer son désir, l'élu le rappelle: "que des études montrent que le sexe est bon pour la santé".  Une heure coquine prise sur le temps de travail qui serait en plus rémunérée, rapporte le site du quotidien local Norrbotens Kuriren.

Cette mesure permettrait ainsi à aux employés d'obtenir "des relations de meilleures qualités", puisque les couples passant trop de temps au travail accusent généralement une perte de désir et de libido à cause de leur activité professionnelle. "Je crois que le sexe est une denrée rare dans de nombreuses relations longues. La vie quotidienne est stressante et les enfants sont à la maison. Cela pourrait être l'occasion (pour les parents) d'avoir du temps rien qu'à eux", a ajouté l'élu.

Toutefois, il y a deux limites à cette mesure. Premièrement, les célibataires. Et secondement, Per-Erik Muskos le reconnaît, il n'y aurait aucun moyen de vérifier que les employés utilisent bien cette heure pour satisfaire leur libido: "on ne peut pas garantir qu’un salarié ne préfère pas sortir se balader à la place".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Per-Erik Muskos propose d'instaurer une "pause sexe" pour les employés au cours de leurs journées de travail.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-