Les thanatopracteurs s'opposent à la levée d'interdiction de soins funéraires des morts du Sida

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les thanatopracteurs s'opposent à la levée d'interdiction de soins funéraires des morts du Sida

Publié le 29/08/2017 à 16:33 - Mise à jour à 16:40
© RONALDO SCHEMIDT / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le ministère de la Santé a pris un arrêté en juillet dernier pour autoriser les malades du VIH à bénéficier de soins funéraires à leur mort. Arrêté accueilli avec joie par différentes associations, mais vigoureusement combattu par les thanatopracteurs, qui pratiquent ces soins funéraires. Une pétition a été mise en ligne.

Selon un arrêté pris par le ministère de la Santé en juillet dernier, les personnes qui meurent en étant porteuses du VIH pourront, à partir de janvier 2018, bénéficier de soins funéraires. Ce qui n'était pas possible depuis 1986. Les patients atteints d'hépatites étaient également sous le coup de cette interdiction depuis 1998.

Mais si cet arrêté a été accueilli comme une "belle victoire" par Act Up-Paris et les autres associations de lutte contre le Sida, et également le conseiller régional d'Ile-de-France Jean-Luc Romero, il n'a pas été du tout accepté de la même manière par les thanatopracteurs, qui font tout pour y mettre un frein depuis bientôt deux mois.

En effet, le 22 août, le SPTIS, syndicat de thanatopracteurs indépendants et salariés, a mis en ligne une pétition contre la décision de la ministre de la Santé Agnès Buzyn: "Les soins de conservation sont un procédé invasif, où le risque de piqûre ou coupure est réel, malgré le port des équipements de protection individuelle recommandés. (…) En l'absence de preuves scientifiques de la condition des virus dans un corps mort -les seules études portant sur l'air libre- les risques sont réels, sans possibilité de traitement curatif...".

Les thanatopracteurs se sont aussi inscrits en faux sur le caractère discriminatoire de cette interdiction qui, selon eux, n'a jamais empêché les familles de rendre un dernier hommage aux défunts. "Un dernier hommage est donc tout à fait possible contrairement à ce qui a été affirmé par Mr Romero. (…) Nous refusons le terme de discrimination".

A l'heure actuelle, ce mardi 29 après-midi, cette pétition a recueilli 335 signatures.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'interdiction de soins funéraires pour les personnes mortes du VIH date de 1986.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-