Syrie: Emilie Konig, recruteuse française de l'Etat islamique, arrêtée par les forces kurdes

Syrie: Emilie Konig, recruteuse française de l'Etat islamique, arrêtée par les forces kurdes

Publié le 02/01/2018 à 09:45 - Mise à jour à 09:56
© Fadel SENNA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Emilie König, la djihadiste française de Daech la plus recherchée par les services de renseignements, aurait été arrêtée en Syrie par des forces kurdes. Elle serait détenue dans un camp de réfugiés au Kurdistan syrien.

Elle était la Française la plus recherchée de l'organisation Etat islamique. Emilie König, importante recruteuse au sein du groupe terroriste, aurait été arrêtée par des combattants kurdes dans le nord de la Syrie. Elle était activement recherchée par les services de renseignements français et occidentaux.

Selon RMC, qui révèle l'information, elle serait détenue dans un camp de réfugiés contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde. Originaire de Lorient dans le Morbihan, cette jeune femme de 30 ans avait rejoint Daech en 2013 avec ses deux enfants.  En septembre 2015, elle était devenue la première femme inscrite par les Etats-Unis sur la liste noire des terroristes internationaux. Sous la kunya (nom de guerre) d'Ummu Tawwab (soit "la mère qui pardonne" en français), la Lorientaise postait des vidéos de propagande appelant au djihad armé et à rejoindre le groupe Etat islamique. Sur certaines vidéos, on a pu la voir s'entraîner au maniement des armes.

Voir aussi - Thomas Barnouin arrêté en Syrie: parcours d'un djihadiste made in France

Convertie à l'islam à 17 ans, elle avait épousé un djihadiste français au Levant. Ce dernier avait ensuite été tué lors de combats.

Toujours selon RMC, deux autres Françaises qui ont rejoint Daech et ont été arrêtées par les forces kurdes ont écrit à Emmanuel Macron. Ces deux mères demandent à être rapatriées en France pour y être jugées et "assumer leurs actes". Elles ont fait savoir que depuis leur capture par les forces kurdes, elles n'ont rencontré aucun officiel français. Une dizaine de djihadistes françaises ont été appréhendées par les Kurdes depuis la chute de Raqqa, capitale autoproclamé du "califat" de l'Etat islamique en Syrie.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Emilie Konig serait détenue dans un camp de réfugiés au Kurdistan syrien (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-