Syrie: "tous les enfants d'Alep sont traumatisés", selon l'Unicef qui tire la sonnette d'alarme

Syrie: "tous les enfants d'Alep sont traumatisés", selon l'Unicef qui tire la sonnette d'alarme

Publié le 12/12/2016 à 20:40 - Mise à jour à 20:41
©George Ourfalian/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'Unicef s'alarme de la situation des enfants dans la ville d'Alep en Syrie. Tous souffrent de traumatismes psychologiques en raison des violences meurtrières qui ensanglantent cette grande ville du nord de la Syrie. "Tous les enfants d'Alep souffrent. Tous sont traumatisés", a déclaré à l'AFP Radoslaw Rzehak.

Tous les enfants d'Alep souffrent de traumatismes psychologiques en raison des violences meurtrières qui ensanglantent cette grande ville du nord de la Syrie, où le régime est les rebelles se livrent une guerre sans merci, a affirmé dimanche 11 un responsable de l'Unicef. "Tous les enfants d'Alep souffrent. Tous sont traumatisés", a déclaré à l'AFP Radoslaw Rzehak, chef du bureau du Fond des Nations unies pour l'enfance (Unicef) dans la cité dévastée.

Au cours des 15 ans passés au sein de l'organisation onusienne, "je n'ai jamais vu une situation aussi dramatique que celle que vivent les enfants d'Alep", confie-t-il.

Des dizaines de milliers d'enfants ont connu dès leur naissance une des phases les plus sanglantes de la guerre en Syrie, qui est entrée dans sa sixième année. A Alep, 200.000 à 230.000 enfants ont besoin d'un soutien psycho-social, estime M. Rzehak. Cette ville, qui fut la capitale économique du pays et un joyau culturel et architectural, est coupée en deux depuis juillet 2012. L'armée a réussi à reprendre 85% des quartiers rebelles, situés dans l'est de la ville, à l'issue d'une vaste offensive lancée à la mi-novembre.

Environ 120.000 personnes ont fui le secteur assiégé et beaucoup ont trouvé refuge dans les centres pour déplacés dans les zones gouvernementales. Selon M. Rzehak, une première évaluation psycho-sociale montre que les enfants venus des quartiers Est "ont perdu leur instinct de défense".

"Certains enfants, qui ont cinq ou six ans, sont nés alors que la guerre avait déjà commencé. Tout ce qu'ils connaissent c'est la guerre et les bombardements", souligne-t-il. "Ils considèrent normal d'être bombardé, de devoir fuir, d'avoir faim, de se cacher dans des bunkers. Pour eux, ce n'est pas un danger. C'est la vie quotidienne, normale". M. Rzehak note par exemple que quand il y a une explosion, "ils ne réagissent pas". "Plus grave encore, quand il y a des explosions et qu'on sursaute, ils en rigolent".

Quant aux enfants se trouvant dans la partie ouest de la ville, sous contrôle gouvernemental, ils sont aussi traumatisés. Ils ont vu des camarades de classe et des enseignants tués par des roquettes qui ont touché leurs écoles.

L'école, "censée être le lieu le plus sûr pour les enfants est devenu un lieu de mort", souligne ce responsable de l'ONU. La guerre affecte aussi la capacité des parents à prendre soin de leurs enfants, car eux-mêmes ont subi des traumatismes. "Il est très difficile de les blâmer. Car eux-mêmes ont vécu le cauchemar".

Plus de 300.000 personnes sont mortes depuis le début en mars 2011 de la guerre civile en Syrie et des millions d'autres ont été contraintes à la fuite.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'Unicef s'alarme de la situation des enfants dans la ville d'Alep en Syrie. Tous souffrent de traumatismes psychologiques en raison des violences meurtrières qui ensanglantent cette grande ville du nord de la Syrie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-