Tarn-et-Garonne: un militaire meurt écrasé par un blindé durant un exercice

Tarn-et-Garonne: un militaire meurt écrasé par un blindé durant un exercice

Publié le 03/08/2017 à 07:09 - Mise à jour à 07:13
© Raigo Pajula / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un adjudant du 3ème RPIMa a été tué mercredi à Caylus (Tarn-et-Garonne) durant un exercice. Il a été éjecté du véhicule blindé qui le transportait puis écrasé par celui-ci dans des circonstances qui restent à éclaircir. Le ministère des Armées a fait part de son soutien à ses proches et frères d'armes.

Un militaire français est mort mercredi 2 durant un exercice mené au camp de Caylus, dans le Tarn-et-Garonne. Il a été écrasé par un véhicule blindé après que celui-ci se soit retourné. Un autre militaire a été légèrement blessé.

Le dramatique accident s'est produit lors d'un entraînement à la conduite en terrain accidenté. L'homme en question, un adjudant du 3ème régiment parachutiste d'infanterie de marine (RPIMa) de Carcassonne âgé de 37 ans, se trouvait à bord d'un véhicule de l'avant blindé (VAB), un engin de 13 tonnes très utilisé par l'armée qui permet de transporter une dizaine de fantassins sur les théâtres d'opération.

Selon les informations dévoilées par La Dépêche, la VAB s'est retourné "pour une raison indéterminée", a fait savoir l'état-major des armées dans un communiqué, et le sous-officier aurait été éjecté dans des conditions qui restaient ce jeudi 3 à préciser. Il s'est alors retrouvé piégé sous le véhicule. Les pompiers et le Samu ont été appelés et un engin de levage déployé pour libérer le militaire. Mais malgré ces efforts, il a succombé à ses blessures. Il était marié et père d'un enfant. Le conducteur du véhicule a quant à lui été légèrement blessé.

Le ministère des Armées s'est "associé à la douleur de la famille, des proches et des frères d'armes du sous-officier dur 3ème RPIMa décédé" dans un message posté sur son compte Twitter, les assurant de son soutien.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances du drame. Déjà en mai dernier, un accident avait coûté la vie à deux légionnaires dans la Marne. Les deux hommes s'étaient noyés lors d'un exercice en canoë- kayak. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le parachutistes s'est retrouvé coincé sous le VAB pour des raisons encore indéterminées (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-