Tempête Xynthia: 4 ans de prison ferme pour le maire

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Tempête Xynthia: 4 ans de prison ferme pour le maire

Publié le 12/12/2014 à 11:35 - Mise à jour le 13/12/2014 à 10:24
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Le maire de la Faute-sur-Mer a été condamné ce vendredi à 4 ans de prison ferme. Sa responsabilité a été retenue dans la mort de 29 habitants d'une zone inondée par la tempête Xynthia en 2010. Il avait accepté que des habitations y soient construites.

Le tribunal correctionnel des Sables-d'Olonne est allé au-delà des réquisitions du procureur de la République ce vendredi. Des peines de prisons ont été retenues contre les responsables de la mort de 29 personnes lors de la tempête Xynthia de 2010. Le tribunal a condamné René Marratier, ancien maire de La Faute-sur-Mer (Vendée), à quatre ans de prison ferme pour "homicides involontaires". Le ministère public n'avait réclamé "que" quatre ans dont trois ferme.

Il était reproché à l'ancien édile d'avoir permis la construction de plusieurs logements dans une cuvette classée "zone rouge" et donc en théorie inconstructible. Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête Xynthia, un évènement météorologique exceptionnel, avait frappé le village côtier. La digue avait été submergée, les habitations –construites de plain-pied, contrairement aux normes de sécurité- inondées et 29 personnes tuées.

Le maire s'était vu reproché lors du procès sa "frénésie immobilière" et son "urbanisation à outrance" dans le but de développer la commune au mépris de la sécurité. Françoise Babin, ancienne présidente de la communauté d'urbanisme et propriétaire de certains des terrains en question, a été condamnée à deux ans et demi de prison. Son fils, Philippe Babin, président de l'association d'entretien de la digue qui a cédé, a écopé de 18 mois de prison ferme. Propriétaire d'une agence immobilière, il avait fait construire 35 logements dans la "zone rouge".

C'est la première fois qu'un élu est condamné à la prison ferme pour une faute involontaire. Réné Marratier s'est dit, à l'issu du procès "outré par une décision injuste" envers "un élu de la République qui a servi son pays et qui ne le mérite pas". Il s'est décrit comme un "bouc émissaire" et a l'intention de faire appel.

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


René Marratier après l'annonce de sa condamnation à 4 ans de prison ferme.

Newsletter





Commentaires

-