Attentat à Londres: "Je n'arrivais plus à distinguer qui était vivant ou mort…"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Attentat à Londres: "Je n'arrivais plus à distinguer qui était vivant ou mort…"

Publié le 04/06/2017 à 16:58 - Mise à jour à 17:06
© DANIEL SORABJI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le chaos régnait samedi soir entre le London Bridge et Borough Market, à Londres, après l'attentat qui a coûté la vie à au moins sept personnes. Sur place, des témoins traumatisés racontent l'horreur qu'ils ont vécue.

Samedi 3 juin. 22h. La fête bat son plein dans le cœur de Londres. Dans les bars, les supporters de football viennent de vivre une très grande finale de Ligue des Champions. Puis, tout à coup, le ciel s'assombrit, jusqu'à devenir noir.

22h07. Le téléphone des urgences commence à sonner… et continuera toute la nuit. Trois hommes viennent de heurter la foule avec leur camionnette sur le London Bridge. Avant de sortir poignarder les passants. Au hasard proche du Borough Market. Bilan provisoire (car plusieurs personnes sont dans un état grave): sept morts et une cinquantaine de blessés.

22h16. La police parvient à abattre les trois terroristes. Entre-temps, les secours avaient déjà commencé à affluer sur place, et les personnes indemnes tentaient d'aider les blessés… dans le chaos le plus total.

Quelques minutes après, les premiers messages horrifiés paraissent sur les réseaux sociaux et la presse internationale se met sur le coup. Relayant ainsi les témoignages de rescapés qui ont vu le pire, mais y ont donc survécu.

Certains récits glacent le sang. Gabriele Sciotto, photographe pour The Independent, était sur le pont quand le massacre a commencé. "Il y avait trois hommes. Les policiers ont tenté de les écarter de la foule. Ensuite, ils ont commencé à tirer. (…) A un moment, je n'arrivais plus à distinguer qui était vivant ou mort" a-t-il confié.

Gerard Vowls, un autre témoin cité par The Independent, était aussi tout près du lieu de l'impact. Il a entendu les assaillants crier "c'est pour Allah". "Je les ai vus poignarder cette fille. Peut-être dix ou quinze fois. Elle criait +aidez-moi+. J'étais sans défense. Je ne pouvais rien faire".

Des dizaines de personnes se sont réfugiés dans les bars, qui ont baissé le rideau pour protéger le plus de monde possible. Certains blessés se sont abrités dans ces endroits. Alex Shelham, qui se trouvait avec des amis dans le Mudlark pub, a raconté avoir vu une jeune femme, d'à peine 20 ans, "saigner abondamment du cou et de la bouche". Probablement après "avoir été égorgée".

Il s'agit de la troisième attaque terroriste sur le sol britannique en moins de trois mois. Deux semaines plus tôt, le 22 mai dernier, un kamikaze s'était fait exploser à la fin du concert d'Ariana Grande à Manchester, faisant 22 morts et plus de 100 blessés.

Une attaque meurtrière qui avait eu lieu deux mois jour pour jour après celle de Londres qui avait fait cinq morts. Sur le pont de Westminster, un homme avait foncé dans la foule avec un véhicule avant de poignarder un policier.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Quelques minutes après, les premiers messages horrifiés paraissent sur les réseaux sociaux et la presse internationale se met sur le coup. Relayant ainsi les témoignages de rescapés qui ont vu le pire, mais y ont donc survécu.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-