Terrorisme: du Grau-du-Roi à la Grande-Motte, les plages surveillées par des policiers armés

Terrorisme: du Grau-du-Roi à la Grande-Motte, les plages surveillées par des policiers armés

Publié le 08/08/2016 à 20:19 - Mise à jour à 20:27
©Miguel Medina/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'état d'urgence et les récents attentats poussent les autorités à faire surveiller les principales plages par des policiers armés. La police prend très au sérieux la possibilité d'une attaque sur l'un de ces hauts lieux du tourisme.

La menace terroriste ne faiblit pas. Et il n’y a pas que les événements culturels et autres manifestations grand public qui font l’objet d’une surveillance attentive, voire d’annulations. Dans le cadre de l’état d’urgence, certains CRS habituellement chargés de la surveillance de la baignade sur les plages françaises sont maintenant autorisées à porter une arme dans le cadre de leur mission.

En ligne de mire: les principales plages et sations balnéaires attirant de nombreux touristes français et étrangers chaque été. Ainsi, que ce soit à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), au Grau-du-Roi (Gard) ou à la Grande-Motte (Hérault) les baigneurs évoluent maintenant sous le regard de policiers armés, certains de fusils d’assaut et protégés par un gilet-par balle.

Un dispositif impressionant, qui jure avec l’ambiance de la plage, mais qui n’a pourtant pas été improvisé suite aux derniers événements: "On se prépare à d'éventuelles attaques depuis les premiers attentats, nous avions donc mis en place un dispositif adéquat bien avant Nice", explique au quotidien Le Parisien le major Marie-Danielle Berna, à la tête de la soixantaine de gendarmes mobilisés au Grau-du-Roi, où les forces de sécurité ont été largement renforcées. Une surveillance qui se poursuit d’ailleurs dans les rues de la ville et ne reste pas cantonnée à la plage.

A la Grande-Motte, le responsable de la police municipale explique même au journal que la brigade nautique ne se contente plus seulement d’une surveillance de la baignade mais va jusqu’à anticiper la possibilité d’une intervention "en cas d’attaque venant de la mer".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers sont autorisés à porter des armes sur la plage dans le cadre de leur mission de protection.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-