Terrorisme: le djihadiste français Gilles Le Guen condamné à 8 ans de prison ferme

Terrorisme: le djihadiste français Gilles Le Guen condamné à 8 ans de prison ferme

Publié le 15/05/2015 à 15:47 - Mise à jour à 15:50
©Sahara News/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

Le Français Gilles Le Guen, soupçonné d'être un djihadiste du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique, a écopé de 8 ans de prison ferme au terme de son procès. Il a été condamné pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Le verdict est tombé. Le Français Gilles Le Guen a écopé ce vendredi de 8 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir rejoint le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Mali de 2012 à 2013. Agé de 60 ans, il a été déclaré coupable d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Ce breton, ancien capitaine dans la marine marchande, avait été interpellé en avril 2013 par les forces françaises présentes à Tombouctou (Mali), dans le cadre de l'opération Serval, alors qu'il se trouvait dans un pick-up bourré d'explosifs. Remis aux autorités maliennes, il avait été extradé puis immédiatement arrêté à son retour en France.

L'homme se présentait comme le porte-parole du groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans plusieurs vidéos où il apparaissait affublé d'un turban noir et d'une tunique beige devant le drapeau noir du djihad, une kalashnikov posée à ses côtés. Lorsqu'il s'était fait arrêté, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian l'avait décrit comme "un paumé qui devient terroriste".

Converti à l'islam avant ses 30 ans, Gilles Le Guen, de son nom de guerre Abdel Jelil, a reconnu lors de son procès s'être "investi" auprès d'Aqmi pendant seulement deux mois. Il aurait ensuite voulu s'en éloigner après s'être rendu compte que l'organisation "n'avait rien à proposer au peuple". "Même si à un moment j'ai eu un certain enthousiasme, j'ai vite fait marche arrière", a-t-il déclaré à l'audience en exprimant ses regrets.

Cette condamnation est une grande première en France. Pour la première fois, un citoyen a ainsi pu être jugé et condamné pour des soupçons d'actes terroristes à l'étranger ou pour y être parti s'entraîner, comme le permet une loi votée fin 2012.

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le djihadiste français Gilles Le Guen a écopé ce vendredi de 8 ans de prison ferme.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-