Terrorisme: un Français arrêté à Rotterdam remis à la justice française

Terrorisme: un Français arrêté à Rotterdam remis à la justice française

Publié le 05/08/2016 à 17:07 - Mise à jour à 17:08
©Marten van Dijl / ANP / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Anis Bahri, suspecté d'appartenir à une cellule terroriste prête à passer l'action en France, avait été arrêté le 27 mars à Rotterdam. Il a été remis à la justice française et immédiatement incarcéré.

Anis Bahri, suspecté d'avoir projeté un attentat en France avec Reda Kriket, a été remis jeudi par les Pays-Bas à la justice française, mis en examen et écroué, a appris vendredi l'AFP de source judiciaire.

Le Français de 32 ans, arrêté le 27 mars à Rotterdam, a été remis le 4 août aux autorités françaises et mis en examen notamment pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "infraction à la législation sur les armes en bande organisée", a précisé la source judiciaire.

Déjà condamné pour des faits de droit commun, notamment des vols, Anis Bahri avait été interpellé le 27 mars à Rotterdam à la demande des autorités françaises.

Il est soupçonné d'avoir été mandaté par le groupe jihadiste État islamique (EI) pour commettre un attentat en France avec Reda Kriket, un ex-braqueur arrêté à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) quelques jours avant lui.

45 kilos de munitions de calibre 7.62 mm, du type de celles utilisées dans les fusils d'assaut Kalachnikov, avaient été retrouvées dans l'appartement où il séjournait à Rotterdam.

Reda Kriket et Anis Bahri sont soupçonnés de s'être rendus en Syrie entre "fin 2014 et début 2015", selon le procureur de la République François Molins.

Depuis, ils étaient suspectés "de faire des allers-retours entre la France, la Belgique et les Pays-Bas".

En garde à vue, Reda Kriket avait reconnu avoir hébergé Anis Bahri dans un appartement d'Argenteuil (Val-d'Oise), loué sous une fausse identité et où avait été retrouvé un véritable arsenal, notamment sept armes de poing, cinq kalachnikovs, un pistolet-mitrailleur et 105 grammes de TATP, substance explosive prisée des jihadistes de l'EI.

La découverte de cette cache et l'arrestation des deux hommes avaient permis, selon François Molins, "d'éviter la commission d'une action d'une extrême violence par un réseau terroriste prêt à passer à l'acte".

En Belgique, trois hommes en lien avec Reda Kriket, Abderrahmane Ameroud, Rabah M. et Y. A., ont été inculpés et écroués.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Anis Bahri a été arrêté le 27 mars.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-