TGV Paris-Marseille: plus de 1.000 passagers contraints de débarquer après une panne de climatisation

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

TGV Paris-Marseille: plus de 1.000 passagers contraints de débarquer après une panne de climatisation

Publié le 06/07/2017 à 07:14 - Mise à jour à 07:19
© PATRICK HERTZOG / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le TGV 6145 reliant Paris à Marseille a dû faire halte à Montbard dans l'Yonne mercredi pour permettre à ses 1.1000 passagers de se rafraichir en attendant une nouvelle rame. Celle dans laquelle ils se trouvaient a subi une panne de climatisation et la chaleur à bord est vite devenue insupportable voire dangereuse.

Retard et coup de chaud pour plus d'un millier de passagers d'un TGV mercredi 5. Leur voyage a été interrompue suite à une panne de climatisation, rapporte Le Parisien. Face à la forte chaleur qui devenait dangereuse pour ses usagers, la SNCF n'a eu d'autre choix que de les débarquer le temps de trouver une solution.

Le train à grande vitesse 6145 devant relier Paris à Marseille avait parcouru à peine un tiers de son trajet lorsque la climatisation de la rame de queue a cessé de fonctionner et que le train s'est arrêté vers 15 h40. Une situation qui est vite devenue compliquée pour les passagers du train situé en plein soleil en cette période de forte chaleur. Selon le quotidien local, la température aurait frôlé les 40 degrés.

Au bout d'une heure, le train est reparti mais simplement pour débarquer les passagers en gare de Montbard, petite commune de l'Yonne dont la population a augmenté de 20% lorsque les 1.100 voyageurs du TGV ont débarqué et ont été installés à l'ombre, ont fait ironiquement remarqué certains internautes.

Les pompiers ont dû être prévenus afin de s'assurer de l'état de santé des personnes les plus fragiles, jeunes enfants et personnes âgées notamment, et des bouteilles d'eau ont été distribuées, a fait savoir la SNCF. La salle des fêtes de la ville a été réquisitionnée afin que les voyageurs puissent rester au frais.

Il a fallu environ une heure et demi pour qu'une autre rame arrive et que les passagers puissent reprendre leur route vers Marseille.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La température aurait frôlé les 40 degrés à bord du train avant qu'il ne s'arrête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-