Tonnerre: le calvaire de Schouff le chat torturé et battu à mort par des enfants

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Tonnerre: le calvaire de Schouff le chat torturé et battu à mort par des enfants

Publié le 01/09/2017 à 17:59 - Mise à jour à 18:06
© JOHANNES EISELE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

A Tonnerre, une activiste de la cause animale tient à médiatiser le calvaire de Schouff, un vieux chat de 18 ans, qui a été massacré, sans doute par jeu, par une bande d'enfants cruels. Elle alerte sur la faible réponse pénale pour ce genre de faits.

La ville de Tonnerre dans l'Yonne est sous le choc. France bleu Auxerre rapporte en effet mercredi 30 qu'une pétition aurait déjà recueilli pas moins de 8.500 signatures pour dénoncer le traitement cruel que des enfants ont fait subir à "Schouff" une vieux chat de 18 ans qui a été battu à mort par ces derniers sans raison apparente autre que le plaisir cruel de s'amuser.

Les faits (dont la date n'est pas précisée avec exactitude) sont effectivement atroces: le chat, d'un âge déjà très avancé, est visiblement mal tombé avec ces enfants qui ont décidé de lui faire vivre un calvaire, le rouant de coups à tel point que l'animal est mort après deux jours d'agonie.

"Le chat a été jeté à l'eau par les enfants. Ils l'ont ressorti, ils l'ont frappé. Le pauvre animal est mort chez le vétérinaire après 48 heures de souffrance" explique Marylou Georges, une habitante du département engagée depuis de longues années dans la cause animale. "Cela m'a beaucoup touché car je m'occupe aussi du cas de Chevelu à Draguignan, ce chat qui a été lacéré avec des tessons de bouteille, les yeux arrachés. Donc nous ce que l'on veut c'est que la loi soit appliquée" a-t-elle ajouté.

La militante s'insurge aussi contre le manque de sévérité, selon elle, des actes de cruauté sur des animaux. En droit français en effet, une peine de deux ans de prison et de 30.000 euros peut être infligée pour les personnes reconnues coupables de ce type de faits. Dans les faits, la prison ferme reste rarissime. "En comparaison aux États Unis, un acte de cruauté envers un animal peut envoyer un individu en prison pour 17 ans. En France, on en est très loin" déplore l'activiste.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La cruauté sur un animal reste punie en France de peines nettement plus légères que dans d'autres pays.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-