Torture et barbarie à Montauban: deux mineurs tailladent un handicapé au cutter

Torture et barbarie à Montauban: deux mineurs tailladent un handicapé au cutter

Publié le 01/04/2017 à 17:31 - Mise à jour à 17:43
©Mic/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois jeunes hommes dont deux mineurs ont été mis en examen vendredi à Montauban pour torture et actes de barbarie. Ils sont accusés d'avoir tailladé au cutter un adulte handicapé pour qu'il leur livre son code de carte bancaire. Partis avec un butin de 500 euros, les trois suspects risquent jusqu'à 30 ans de prison.

Les faits sont particulièrement sordides. Trois personnes dont deux mineurs ont été mises en examen vendredi 31 mars au soir à Montauban (Tarn-et-Garonne) et placées en détention provisoire pour extorsion, actes de torture et de barbarie. Ils auraient agressé, séquestré et tailladé au cutter un quadragénaire afin de lui soutirer de l'argent.

Selon France 3 Occitanie qui révèle l'affaire, la victime rentrait chez elle, le 6 février dernier dans le quartier Chambord. Là deux adolescents âgés de 16 et 17 ans s'en sont pris à lui. Ils l'ont ensuite traîné jusque dans une cave. Les deux jeunes, rejoint ensuite par un complice âgé de 24 ans, auraient alors entrepris de le torturer avec un cutter, lui entaillant la peau à de très nombreuses reprises et sur diverses parties du corps. Un acharnement qui nécessitera 167 points de suture.

Tout cela pour obtenir du malheureux son téléphone et surtout son numéro de carte de crédit. Après avoir obtenu le code, le trio de tortionnaires a fait un premier retrait d'environ 500 euros. Ils tenteront d'en faire d'autres, mais sans succès en raison des faibles revenus de leur victime, une personne vulnérable qui ne perçoit qu'une allocation en raison de son handicap, précise LCI.

L'homme n'a pas été en mesure de donner les noms de ses agresseurs aux enquêteurs, mais la maladresse d'un d'entre eux a permis leur interpellation. Le jeune homme aurait en effet utilisé le téléphone dérobé à la victime pour appeler sa petite amie. La police a ainsi pu remonter jusqu'à lui et à ses complices, tous interpellés mercredi 29 puis placés en garde à vue.

Les actes de torture et de barbarie sont punissables de 15 ans de réclusion criminelle, peine portée à 30 ans lorsqu'ils sont commis sur une personne vulnérable. En principe, un mineur âgé d'au moins 16 ans ne peut être condamné à plus de la moitié de la peine encourue par un adulte, mais les juges peuvent déroger à cette règle en raison de la personnalité du mineur ou des circonstances de l'infraction.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime a dû subir 167 points de suture après son agression.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-