Toulouse: des trafiquants de drogues font vivre un enfer à des habitants d'un immeuble des Izards

Toulouse: des trafiquants de drogues font vivre un enfer à des habitants d'un immeuble des Izards

Publié le 02/09/2017 à 16:32 - Mise à jour à 16:34
©Witt/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Les habitants d'un immeuble du quartier des Izards, place des Faons, à Toulouse, vivent dans l'angoisse au quotidien à cause des trafiquants de drogues qui se sont installés au rez-de-chaussée. Récemment, ils ont même affiché une note intimant aux habitants de ne surtout pas collaborer avec la police, sous peine de représailles.

Ils vivent chez eux et sont pourtant comme tenus en otage. A Toulouse, les habitants du quartier des Izards, zone populaire où les trafics de drogues sont presque devenus "normaux", sont confrontés au quotidien aux menaces des dealers et à l'insécurité qu'ils ont installée en faisant des halls d'immeuble des commerces de stupéfiants.

Mais depuis plusieurs jours, voire semaines, les résidents des tours situées aux 19 et 20 place des Faons, ne peuvent même plus appeler la police car ils craignent que les trafiquants de drogues ne s'en prennent physiquement à eux ou à leur famille.

Selon La Dépêche du Midi, une femme aurait même été frappée après avoir fermé une fenêtre qui permettait aux dealers de s'échapper lorsque la Brigade anticriminelle intervient.

Une "note de service", écrite par ces criminels, bourrée de fautes d'orthographe, a même été placardée dans ces immeubles selon le journal local. Cette "note" disait en substance que si les habitants étaient complices avec la police, "ils en assumeraient les conséquences".

Outre ce climat de peur, forçant ces gens à rester cloitrés chez eux ou à sortir la tête baissée, les trafiquants de drogue ont également dégradé les parties communes de ces immeubles. Les néons lumineux ont été peints en noir pour tamiser la lumière et des tags ont été inscrits sur tous les murs. A l'entrée, les tarifs sont même affichés: "Menu du jour, shit, beuh, 5 à 10 € le gramme".

La BAC multiplie les interventions, les saisies et même les interpellations. Un trafiquant a été condamné mercredi 30 août à 15 mois de prison ferme après avoir été attrapé avec 1.300 euros de bénéfices suite à ses affaires. Mais cette arrestation n'a visiblement pas engendré d'accalmie. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La BAC multiplie les interventions, les saisies et même les interpellations dans le quartier des Izards à Toulouse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-