Toulouse: elle avait abattu son mari avant de couler son cadavre dans du béton

Toulouse: elle avait abattu son mari avant de couler son cadavre dans du béton

Publié le 19/03/2018 à 13:39 - Mise à jour à 13:56
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Edith Scaravetti comparaît depuis ce lundi devant la cour d'assises de Toulouse. Elle est accusée d'avoir, en 2014, tué son mari d'un coup de fusil avant de couler son cadavre dans du béton pour faire croire à une disparition. Elle a expliqué au cours de l'enquête avoir subi des années de violence.

Victime d'un conjoint violent ou tueuse dissimulatrice? Ce lundi 19 s'est ouvert devant la cour d'assises de Haute-Garonne le procès d'Edith Scaravetti. Cette femme âgée aujourd'hui de 31 ans est accusée d'avoir tué son mari avant de maquiller sa mort en coulant son cadavre dans du béton.

Les faits remontent à la nuit du 5 au 6 août 2014. Selon les déclarations de l'accusée au cours de l'enquête, le couple parents de trois enfants aurait eu une violente dispute. C'est alors que Laurent Beca, 37 ans au moment de sa mort, aurait jeté son épouse dans l'escalier avant de la menacer en s'emparant d'un fusil chargé qu'il tenait par le canon. Selon ses déclarations, Edith l'aurait "à peine touché" et "le coup est parti".

Au lieu de prévenir les secours, l'accusée va alors faire croire que son mari a brusquement disparu déclenchant une enquête pour rechercher le trentenaire qui semblait s'être volatilisé. Si la police va entendre à plusieurs reprises la veuve, soupçonnant son implication face à ses versions diverses, l'investigation butera sur l'absence de cadavre. Jusqu'au jour où la suspecte va craquer. En novembre 2014, la jeune femme reconnaît avoir tué son époux et montrera aux enquêteurs l'emplacement du corps: Laurent Baca a été coulé dans du béton après sa mort.  

Lire aussi - Narbonne: elle tue son mari, part en Roumanie avant de revenir se rendre à la police

Lors de l'instruction, l'accusée qui a été placée en détention provisoire, a expliqué que son conjoint qu'elle connaissait depuis dix ans -elle était encore mineure à l'époque- la frappait et se comportait en tyran domestique, en plus d'une importante consommation d'alcool.

Selon La Dépêche du midi, Edith Scaravetti se comporte de manière très réservée au premier jour de son procès. Les experts l'ont décrite comme "immature" aux affects "pauvres"  et avec un psychisme "très particulier". Edith Scaravetti risque la prison à perpétuité.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le corps du mari a été retrouvé trois mois plus tard coulé dans du béton.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-