Toulouse: il s'accuse d'un meurtre imaginaire pour passer l'hiver à l'abri en prison

Toulouse: il s'accuse d'un meurtre imaginaire pour passer l'hiver à l'abri en prison

Publié le 04/12/2017 à 12:52 - Mise à jour à 12:58
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme âgé de 35 ans s'est accusé d'un meurtre imaginaire face à des gendarmes à Cugnaux, près de Toulouse, dans la nuit de vendredi à samedi. Il espérait passer l'hiver au chaud en prison.

"J'ai tué quelqu'un", avait-il dit alors qu'il est venu à la rencontre des gendarmes dans la nuit de vendredi 1er décembre à samedi 2. Un homme de 35 ans originaire de Cugnaux, près de Toulouse, s'est accusé d'un meurtre qui n'a en fait jamais eu lieu.

Ce soir là, les militaires de la compagnie Toulouse-Mirail ont été appelés par un inconnu qui leur a expliqué avoir entendu une détonation dans le quartier du Vivier à Cugnaux, au sud de Toulouse. L'inconnu précisait alors qu'il avait vu un individu tirer sur un groupe de jeunes et que l'un d'entre eux était blessé.

Arrivés sur place, les gendarmes ont fait la connaissance d'un homme âgé de 35 ans. Venu à leur rencontre, il leur a expliqué qu'il venait de commettre un meurtre. Cependant, le suspect n'a pas donné beaucoup plus de détails et a même refusé de dévoiler où se trouvaient le cadavre et l'arme du crime.

A voir aussi: Villeneuve-Tolosane: un marginal handicapé se lève de son fauteuil roulant et court après un ami une hache à la main

Les gendarmes ont alors pris les aveux de l'homme très au sérieux et tout a été mis en œuvre pour retrouver la mystérieuse victime. Mais après une fouille du quartier et des hôpitaux voisins, toujours aucune trace d'un quelconque blessé par balle ni de cadavre, selon La Dépêche du Midi.

Les forces de l'ordre ont alors entrepris d'interroger le suspect qui s'était lui même dénoncé. Placé en garde à vue, il a dû répondre aux questions des militaires avant de finalement avouer que toute son histoire était un mensonge. Il espérait en fait pouvoir passer l'hiver au chaud en prison, au vu des températures glaciales qui se sont abattues sur la France la semaine passée.

Il a donc été libéré, bien qu'il ait été placé sous contrôle judiciaire, et devra se présenter à son procès au mois de mars prochain. En attendant, l'homme connu pour être psychologiquement instable sera obligé de se soigner.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme qui s'est accusé de meurtre voulait "juste" passer l'hiver au chaud en prison.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-