Toulouse: le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus

Toulouse: le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus

Publié le 03/06/2018 à 13:06 - Mise à jour à 13:07
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une enquête a été ouverte après la mort d'un homme de 35 ans près de Toulouse. En juillet 2016, il avait appelé le Samu alors qu'il souffrait de douleurs à la poitrine. Le 15 lui avait alors diagnostiqué de l'aérophagie et n'était pas intervenu, le patient était ensuite mort d'un infarctus.

C'est un nouveau fait de mauvais diagnostic de la part du Samu qu'a relaté samedi 2 la Dépêche du Midi. Une enquête a été ouverte suite a la mort d'un homme de 35 ans, Djilali Messerdi, le 11 juillet 2016 à Roquettes, près de Toulouse.

Ce jour là il était victimes de fortes douleurs à la poitrine et avait contacté le Samu. En ligne, le régulateur lui avait alors diagnostiqué de l'aérophagie et l'avait prié de rappeler le 15 si son état ne s'améliorait pas.

Entre temps, les parents du trentenaire avaient contacté les pompiers. Là encore, il n'ont pas été secouru.

A voir aussi: Samu - "une dizaine d'affaires" comparables à celle de Naomi Musenga, selon Buzyn

Le père du patient, qui avait reconnu les symptômes de l'infarctus puisqu'il en avait déjà fait trois, a alors pris sur lui d'emmener son fils à l'hôpital.

Djilali Messerdi n'arrivera jamais jusqu'à l'établissement. "Arrivé à l'embranchement de Muret, il est décédé. Des gens m'ont aidé et les pompiers sont arrivés. Il a été transporté à Rangueil où son décès a été constaté. Une autopsie a été réalisée. Elle a confirmé l'infarctus", a témoigné son père.

Un mois plus tard, le père de famille a donc porté plainte contre X pour "que la vérité soit faite sur le traitement" de son fils par les services d'urgence.

De nombreux drames du genre ont été médiatisés après la révélation de la mort de Naomi Musenga, en décembre dernier. La jeune femme avait succombé à une défaillance multiviscérale à l'hôpital universitaire de Strasbourg après avoir été (très) tardivement secourue par le Samu.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une enquête a été ouverte après la mort d'un homme victime d'un infarctus, le Samu lui avait diagnostiqué de l'aérophagie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-