Toulouse: le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 03 juin 2018 - 15:06
Image
Camionnette du Samu à Paris le 19 janvier 2010
Crédits
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Une enquête a été ouverte après la mort d'un homme victime d'un infarctus, le Samu lui avait diagnostiqué de l'aérophagie.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
Une enquête a été ouverte après la mort d'un homme de 35 ans près de Toulouse. En juillet 2016, il avait appelé le Samu alors qu'il souffrait de douleurs à la poitrine. Le 15 lui avait alors diagnostiqué de l'aérophagie et n'était pas intervenu, le patient était ensuite mort d'un infarctus.

C'est un nouveau fait de mauvais diagnostic de la part du Samu qu'a relaté samedi 2 la Dépêche du Midi. Une enquête a été ouverte suite a la mort d'un homme de 35 ans, Djilali Messerdi, le 11 juillet 2016 à Roquettes, près de Toulouse.

Ce jour là il était victimes de fortes douleurs à la poitrine et avait contacté le Samu. En ligne, le régulateur lui avait alors diagnostiqué de l'aérophagie et l'avait prié de rappeler le 15 si son état ne s'améliorait pas.

Entre temps, les parents du trentenaire avaient contacté les pompiers. Là encore, il n'ont pas été secouru.

A voir aussi: Samu - "une dizaine d'affaires" comparables à celle de Naomi Musenga, selon Buzyn

Le père du patient, qui avait reconnu les symptômes de l'infarctus puisqu'il en avait déjà fait trois, a alors pris sur lui d'emmener son fils à l'hôpital.

Djilali Messerdi n'arrivera jamais jusqu'à l'établissement. "Arrivé à l'embranchement de Muret, il est décédé. Des gens m'ont aidé et les pompiers sont arrivés. Il a été transporté à Rangueil où son décès a été constaté. Une autopsie a été réalisée. Elle a confirmé l'infarctus", a témoigné son père.

Un mois plus tard, le père de famille a donc porté plainte contre X pour "que la vérité soit faite sur le traitement" de son fils par les services d'urgence.

De nombreux drames du genre ont été médiatisés après la révélation de la mort de Naomi Musenga, en décembre dernier. La jeune femme avait succombé à une défaillance multiviscérale à l'hôpital universitaire de Strasbourg après avoir été (très) tardivement secourue par le Samu.

À LIRE AUSSI

Image
L'opératrice du Samu, qui avait raillé en décembre au téléphone une jeune femme décédée quelques heures plus tard à l'hôpital de Strasbourg, a été suspendue le 9 mai 2018 "à titre conservatoire"
Samu: "une dizaine d'affaires" comparables à celle de Naomi Musenga, selon Buzyn
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a "aujourd'hui connaissance d'une dizaine d'affaires" comparables à celle de Naomi Musenga, décédée fin décembre à Strasbourg apr...
24 mai 2018 - 11:54
Politique
Image
Employées du Samu 75, au coeur de l'hôpital Necker à Paris, Paris le 22 mai 2018
Au Samu de Paris, des opérateurs meurtris mais "opérationnels, dès la première seconde"
"Vous avez du mal à respirer ?" Dans un brouhaha de voix et de sonneries, Émeline, concentrée, pianote à toute vitesse sur son clavier. Au Samu de Paris, meurtri par l...
23 mai 2018 - 20:10
Image
France-Soir
Décès de Naomi Musenga: l'opératrice du Samu dénonce "des conditions de travail pénibles"
L'opératrice du Samu qui a pris à la légère l'appel de Naomi Musenga, morte quelques heures plus tard, a dénoncé "des conditions de travail pénibles" dans l'émission 6...
14 mai 2018 - 19:21