Toulouse: un migrant se donne la mort au centre de rétention

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 22 septembre 2018 - 17:34
Image
Des étrangers dans la cour du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot le 4 juin 2007 prè
Crédits
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Le migrant s'est suicidé vendredi en fin d'après-midi.
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Vendredi en fin d'après-midi, un migrant s'est donné la mort au centre de rétention de Toulouse-Cornebarrieu. Selon les éléments connus, mais pas confirmés officiellement, il s'agirait d'un homme de 31 ans.

Un migrant s'est donné la mort vendredi 21 dans le centre de rétention administrative (CRA) de Toulouse-Cornebarrieu, à proximité des pistes de l'aéroport. Il était 17h40 lorsque l'homme a été retrouvé sans vie.

L'administration n'a pas communiquée l'âge de la victime ni sa nationalité. Selon l'association Le Cercle des voisins du centre de Cornebarrieu, une structure qui vient en aide aux retenus du centre, la victime serait un Tunisien âgé de 31 ans.

Toujours selon cette association, l'homme serait arrivé au centre au milieu du mois d'août. Placé dans un premier temps en rétention, sa retenue avait été prolongée de 15 jours, le délai total ne pouvant excéder 45 jours.

Si les causes exactes de son geste fatal ne sont pas encore connues avec exactitude, l'association d'aide dénonce un nombre trop importants de retenus et des effectifs de police débordés, pouvant entraîner un manque de vigilance pour empêcher le suicide.

Voir aussi: Près de 700 migrants évacués du centre de Nantes

Selon le rapport annuel de la Cimade, une association de solidarité envers les migrants, le centre de Toulouse-Cornebarrieu a accueilli en 2017 pas moins de 1.069 retenus.

En juin 2018, un migrant s'était déjà suicidé dans un centre de Croisilles dans le Pas-de-Calais. La victime était un jeune Ghanéen de 19 ans, arrivé d'un camp de fortune de Calais, et qui devait rencontrer un psychologue juste avant son passage à l'acte.

Lire aussi:

L'Autriche propose de trier les migrants sur des embarcations en mer

Chemnitz, creuset d'une Allemagne sous tension sur les migrants

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don